Affaire Sarah Halimi: Macron veut changer la loi après la décision de la Cour de cassation

0 3


Fred VIELCANET through Getty Images

Macron veut changer la loi après la décision de la Cour de cassation dans l’affaire Sarah Halimi (Marche symbolique en hommage à Sarah Halimi assassinée en avril 2017, son meurtrier vient d’être déclaré irresponsable aux moments des faits, le 5 janvier 2019, Paris, France. Photo par Fred VIELCANET/Gamma-Rapho through Getty Images)

JUSTICE – Emmanuel Macron a dit souhaiter ce dimanche 18 avril un changement de la loi pour que la prise de stupéfiants ne supprime pas la responsabilité pénale, après la décision de la Cour de cassation dans le meurtre de Sarah Halimi, sexagénaire juive tuée en 2017 à Paris.

“Décider de prendre des stupéfiants et devenir alors ‘comme fou’ ne devrait pas à mes yeux supprimer votre responsabilité pénale. Sur ce sujet, je souhaite que le garde des Sceaux présente au plus vite un changement de la loi”, a déclaré le chef de l’État au Figaro.

Cette déclaration intervient alors que la Cour de cassation a confirmé mercredi l’irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi, une sexagénaire juive tuée en 2017 à Paris, tout en entérinant le caractère antisémite du crime

“Ne pas supprimer la responsabilité pénale”

“Il ne m’appartient pas de commenter une décision de justice, mais je voudrais dire à la famille, aux proches de la victime et à tous nos concitoyens de confession juive qui attendaient ce procès, mon chaleureux soutien et la détermination de la République à les protéger”, a ajouté Emmanuel Macron.

“En République, on ne juge pas les citoyens qui sont malades et n’ont plus de discernement, on les traite. Mais décider de prendre des stupéfiants et devenir alors ‘comme fou’ ne devrait pas à mes yeux supprimer votre responsabilité pénale”, a insisté Emmanuel Macron.

La décision de la Cour de cassation mercredi ne remet pas en trigger l’hospitalisation psychiatrique du meurtrier, fort consommateur de hashish depuis l’adolescence, ordonnée par la justice. Mais elle signifie qu’il n’y aura pas de procès, ce qui a suscité déception et colère de représentants de la communauté juive.

Rouée de coups et jetée de son balcon 

L’affaire, qui suscite la controverse depuis quatre ans en France et en Israël, notamment sur l’antisémitisme qui imprégnerait certains quartiers populaires, remonte au 4 avril 2017.

Cette nuit-là, Kobili Traoré, 27 ans, de confession musulmane, fait irruption chez sa voisine de 65 ans, Lucie Attal aussi appelée Sarah Halimi. Aux cris de “Allah Akbar”, il la roue de coups en récitant des versets du Coran, avant de la jeter par-dessus le balcon de leur HLM de Belleville, dans l’est de Paris.

D’un côté, un bras de fer s’have interaction entre le parquet de Paris et la juge d’instruction sur le caractère antisémite du geste, finalement retenu par la magistrate en 2018. De l’autre, sept consultants examinent successivement Kobili Traoré: à l’unanimité, ils concluent que le jeune homme était en proie à une “bouffée délirante”.

Après un débat public, la cour d’appel de Paris, le 19 décembre 2019, avait déclaré Kobili Traoré irresponsable pénalement, et ordonné son hospitalisation assortie de mesures de sûreté pour 20 ans.

Cette décision avait fait scandale, suscitant de vives réactions politiques. “Le besoin de procès est là”, avait alors commenté le président Emmanuel Macron depuis Jérusalem, récoltant une uncommon mise au level des deux plus hauts magistrats français sur l’indépendance de la justice.

Un “grand débat national sur la consommation de drogue”

Le président appelle également à “lancer un grand débat national sur la consommation de drogue” et à “ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue” afin de “faire reculer la délinquance”.

“La France est devenue un pays de consommation et donc, il faut briser ce tabou, lancer un grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères”, déclare le chef de l’Etat, à la veille d’un déplacement à Montpellier sur le thème de la sécurité du quotidien. 

Car “ceux qui prennent de la drogue – et cela concerne toutes les catégories sociales – doivent comprendre que non seulement, ils mettent leur santé en danger, mais qu’ils alimentent aussi le plus grand des trafics. On se roule un joint dans son salon et à la fin on alimente la plus importante des sources d’insécurité…”, ajoute-t-il. Emmanuel Macron reconnaît que les trafics de stupéfiants “explosent” et “forment la matrice économique de la violence dans notre pays”. 

À voir également sur Le HuffPost: 70% des Juifs en France ont déjà vécu un acte antisémite, pour eux, voilà à quoi ça ressemble



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More