- Advertisement -

à Rabat, le roi Mohammed VI sollicité dans la Transition au Mali

- Advertisement -

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Les nouvelles autorités maliennes, avec à la tête le Président intérimaire Bah N’Daw, sollicitent l’appui du roi Mohammed VI, au processus de transition en cours dans leur pays. C’est le message que le colonel et vice-président de la République malienne, Assimi Goïta, a transmis, à Rabat.

Le roi Mohammed VI a joué un grand rôle dans l’apaisement de la rigidity, depuis le coup d’État militaire au mali le 19 août 2020. Les nouvelles autorités maliennes saluent les efforts du Souverain chérifien, au processus de Transition en cours dans leur pays. C’est le message que le colonel et vice-président de la République du Mali, Assimi Goïta, a transmis, jeudi, à Rabat, dans le cadre d’une visite de travail, au ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita.

À cette event, le Vice-président malien « a mis en avant l’motion menée par le Royaume du Maroc dans l’accompagnement du processus de transition dans son pays ». Cette visite de le colonel Goïta, devrait susciter des grincements de dents à Alger, d’autant qu’elle intervient deux semaines après un déplacement de Sabri Boukadoum au Mali où il a couvert d’éloges les accords d’Alger de 2015 dans la « stabilisation » de son pays.

Le Mali, un membre du G5 Sahel, fait face à des attaques meurtrières et répétées menées par des groupes terroristes contre ses soldats et même parfois la inhabitants civile. La dernière en date est l’embuscade, mardi 23 février, qui a fait au moins deux morts, dans les rangs des militaires. Le Maroc a pris half au dernier sommet du G5 Sahel de N’Djamena, et selon le Président français, Emmanuel Macron, Rabat aurait manifesté sa disposition à s’engager dans les efforts de pacification de la région.

À rappeler que le 29 septembre dernier, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, s’est rendu au Mali, sur directions du roi Mohammed VI, où il s’est entretenu notamment avec le colonel Assimi Goïta et a rencontré l’imam Mahmoud Dicko ainsi que le Chérif de Nioro du Sahel, Cheikh Bouyé Mohamed Ould Hamahoullah Haïdara, chef d’une confrérie soufie d’obédience tijane, la hammawiyya. Un déplacement qui a fait sortir de ses gonds le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune.

Le 10 octobre, devant un parterre de haut gradés de l’armée, Abdelmadjid Tebboune s’est indigné que « des events qui n’ont même pas de frontières avec le Mali manœuvrent et conspirent » dans ce pays.

A lire : Maroc : que vient faire Mohammed VI dans la crise au Mali, voisin de l’Algérie ?

Source link

Comments (0)
Add Comment

- Advertisement -