- Advertisement -

Fragilisée par l’affaire Olivier Duhamel, Elisabeth Guigou démissionne de la commission sur l’inceste


- Advertisement -

« Le climat actuel ne me permet pas de conduire cette mission avec la sérénité nécessaire. J’ai donc pris la décision de passer le relais et de renoncer à présider cette commission. » Une semaine après la sortie du livre de Camille Kouchner, La Familia Grande, paru le 7 janvier aux éditions du Seuil (208 pages, 18 euros), révélant des abus incestueux perpétrés par son beau-père Olivier Duhamel sur son frère jumeau, Elisabeth Guigou, mise en cause pour sa proximité avec le politiste, a préféré renoncer à son poste de présidente à la tête d’une commission sur les violences sexuelles et l’inceste. Dans une déclaration transmise à l’Agence France-Presse, elle répète qu’elle « a ignoré toutes ces années les faits gravissimes dénoncés par Camille Kouchner dans son livre ».

« Je ne sais pas qui va être nommé mais ça va être plus serein plus facile pour travailler, a réagi auprès du Monde Isabelle Aubry, présidente de l’association Face à l’inceste. Je croise les doigts pour qu’on ait un interlocuteur de qualité. » Le cabinet d’Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance, qui avait souhaité pour diriger cette instance une « personnalité d’envergure », a « pris acte » de la décision et salué dans un communiqué « l’engagement d’Elisabeth Guigou qui avait accepté une mission difficile, impliquant un investissement fort ». La composition de la commission ainsi que sa nouvelle présidence seront annoncées « prochainement », indique le secrétariat d’Etat.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



Dès l’annonce de la sortie de l’ouvrage de Camille Kouchner, des voix s’étaient élevées pour questionner la légitimité du maintien de l’ancienne garde des sceaux à ce poste. L’écrivaine Tristane Banon et l’écologiste Sandrine Rousseau, toutes deux victimes de violences sexuelles, ont ainsi fait part de leur malaise sur les réseaux sociaux. « De DSK à Olivier Duhamel, vous faites un sans-faute ! », a pointé, cinglante, la première, faisant référence au soutien affiché par l’ancienne garde des sceaux à Dominique Strauss-Kahn, dans un documentaire diffusé en décembre sur Netflix qui revient sur les scandales sexuels et les accusations de violences sexuelles ayant visé l’ancien président du FMI depuis la fin des années 2000. S’adressant directement à Elisabeth Guigou, Sandrine Rousseau l’avait invitée à démissionner de ses nouvelles fonctions, au motif que « bien sûr vous n’êtes coupable de rien mais vous êtes compromise avec trop ».

Il vous reste 38.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Comments (0)
Add Comment

- Advertisement -