- Advertisement -

Pour l’OMS, la bataille contre la COVID-19 peut être gagnée


- Advertisement -

GENÈVE | L’humanité n’est pas en practice de perdre la bataille contre la pandémie de la COVID-19 et finira par la remporter, a estimé mercredi l’Organisation mondiale de la santé. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

À un second où le nombre quotidien des décès dépasse les 18 000 pour la première fois et où de nouveaux variants du coronavirus se répandent rapidement à travers la planète, Maria Van Kerkhove, la responsable approach à l’OMS de la lutte contre la COVID-19, a estimé que ces mutations ne signifiaient pas la défaite.

«Cela signifie-t-il que nous perdons la guerre ? Non», a-t-elle déclaré en direct sur les réseaux sociaux. «Nous livrons le fight de notre vie. Nous devons nous assurer que nous ne nous battons pas les uns contre les autres, que nous combattons le virus (…) y compris les variants».

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



«Nous pouvons vaincre le virus — et nous vaincrons le virus», a-t-elle ajouté.

Dans la ruée mondiale sur les doses de vaccins, les pays les plus riches poursuivent l’immunisation des personnes âgées et du personnel soignant, tandis que les pays les plus pauvres attendent toujours de recevoir leurs premiers heaps de vaccins.

Michael Ryan, le directeur des opérations d’urgence à l’OMS, a jugé inacceptable que les pays riches commencent à vacciner leur inhabitants en général tandis que le personnel soignant et les personnes vulnérables resteraient exposés dans d’autres pays.

«Nous ne pouvons tout simplement pas nous retrouver dans une state of affairs où ceux qui sont en première ligne, les travailleurs de la santé qui risquent leur vie en première ligne et les personnes les plus vulnérables n’ont pas accès au vaccin», a-t-il dit.

«Si nous arrivons à une state of affairs dans le monde développé où des gens en parfaite santé sont vaccinés et que des travailleurs en première ligne et des personnes vulnérables ne le sont pas, ce n’est tout simplement pas juste», selon M. Ryan. «Partageons cela maintenant, pour être sûrs que les plus exposés (…) les plus courageux d’entre nous tous, soient couverts et protégés, ainsi que ceux qui sont le plus susceptibles de souffrir et de mourir».

«Et en faisant cela, nous mettrons fin au problème plus rapidement. Donc ce n’est pas seulement bien, c’est également clever», a-t-il conclu.



Source link

Comments (0)
Add Comment

- Advertisement -