Après le covid-19, rien ne sera plus comme avant dans le monde du travail

0 11


Cavan Images via Getty Images

“Nous vivons une véritable révolution.” (Photo d’illustration Cavan Images via Getty Images)

Le monde du travail n’a jamais autant subi de changements qu’à l’heure actuelle, tant dans les métiers que dans les aspirations profondes des Français. Nous vivons une véritable révolution, la crise de la Covid-19 a fait du télétravail une norme alors que ce n’était pas le cas auparavant. C’est vrai pour presque tous les métiers quelles que soient les catégories sociales. Pour ceux nécessitant le moins de qualification, la question du télétravail, ou même celle de savoir travailler avec un logiciel puissant à distance a été posée notamment dans la logistique. Sur la question du travail à distance, la crise de la Covid n’a fait qu’accélérer un processus de transformation des métiers qui était déjà à l’œuvre, en particulier la digitalisation. En conséquence de quoi, le déploiement d’innovations modernes comme l’intelligence artificielle s’est lui aussi intensifié.

Ce sont donc toutes les professions qui vont être revues en profondeur et il ne faudrait pas croire que la société n’a pas d’influence sur tout cela. Par exemple, les aspirations vers la quête de sens, vers plus d’écologie ont naturellement poussé les métiers à évoluer, le télétravail pour davantage de bien-être d’une certaine façon, l’intelligence artificielle pour sonder ces nouvelles aspirations ou mieux gérer à distance certaines tâches. 

Les conséquences vont être nombreuses car évidemment les organisations et le management vont aussi devoir s’adapter. Le monde dans lequel nous vivrons en 2030 comptera plus de robots que d’hommes! 1/3 de Wikipédia est écrit par des robots qui assemblent l’information. 10.000 articles de presse aujourd’hui sortent aux États-Unis sans aucune intervention humaine. Enfin, 47% de nos emplois seront touchés par l’automatisation d’ici à 2025 et le télétravail ne fait qu’accélérer ce processus pour que chacun d’entre nous puisse, dans son métier, se concentrer sur les tâches les plus intéressantes: l’analyse pour créer davantage de valeur en entreprise.

On aura donc compris que face à cela, c’est la quête de sens qui va faire bouger les lignes. Elle fera apparaître des acteurs économiques qui vont justement chercher à refondre l’entreprise. Toutes les nouvelles aspirations humaines quelles qu’elles soient vont fondamentalement se manifester avec audace dans l’entreprise. C’est pour cette raison qu’il faudra que les responsables, les “managers de demain”, soient capables de faire confiance car il va être très difficile de contrôler des personnes en quête de nouvelles aspirations. Et la confiance, c’est magistralement contagieux et très bénéfique pour les organisations. Dans le flot d’informations, et face à l’automatisation que le télétravail permet de développer plus facilement, être capable d’interpréter et d’analyser est une façon de donner du sens. La bonne nouvelle, c’est que c’est l’une des qualités les plus appréciées des recruteurs du futur. Tout le monde aura à y gagner finalement. En créant plus de valeur pour l’entreprise, l’enjeu in fine est celui de l’amélioration du pouvoir d’achat.  

Malheureusement il y aura des résistances dans les entreprises face à ce marché du travail qui bouge à toute vitesse et face à ces nouvelles aspirations: l’ancrage des certitudes, la peur du changement, la pression sociale, l’ego, etc…Mais le marché du travail sera moins rigide sur les horaires (ce qui ne signifie pas moins d’horaire au contraire car il y aura plus de passion) et la création de valeur permise par l’audace améliorera les conditions de vie de chacun.

C’est aussi ce que nous écrivons dans “Capitalisme et technologie: les liaisons dangereuses –Vers les métiers de demain” (éditions FORBES) et nous pensons que le jeu en vaut la chandelle.

 

“Capitalisme et Technologie – les Liaisons dangereuses: vers les métiers de demain” de Pascal de Lima (éditions FORBES), en savoir plus ici

 

À voir également sur Le HuffPost: Réguler les réseaux sociaux pour sauver la démocratie ? Gare à cet effet pervers…



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More