Arrêté à son arrivée à Moscou, Alexei Navalny n’a pas accès à ses avocats

0 4


Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Ennemi juré du Kremlin, l’opposant Navalny a été empoisonné en août par un agent innervant de type Novitchok

RUSSIE – “Là, c’est l’illégalité la plus totale”, a fustigé Alexeï Navalny dans une vidéo diffusée sur Twitter par sa porte-parole Kira Iarmych. Les partisans de l’opposant russe Alexeï Navalny ont affirmé ce lundi 18 janvier que son arrestation la veille à son arrivée à Moscou après une longue convalescence en Allemagne, était “illégale” et que la police le privait d’accès à ses avocats.

“Je ne comprends pas ce qu’il se passe”, a expliqué Navalny dans la vidéo diffusée sur Twitter. “Il est détenu illégalement, on ne laisse pas ses avocats le voir”, a dénoncé le Fonds de lutte contre la corruption, l’organisation de l’opposant.

Selon sa porte-parole Kira Iarmych, deux conseils de l’opposant ont été autorisés à entrer dans le bâtiment du commissariat de Khimki, en banlieue de Moscou, où il détenu. “Mais on ne les laisse pas voir Alexeï”, a-t-elle dit sur Twitter. 

L’une des avocates, Olga Mikhaïlova, a affirmé à l’antenne de la radio Ekho de Moscou que la police “viole la loi en empêchant la défense” de Navalny de le rencontrer.

Ennemi juré du Kremlin 

L’arrestation ce dimanche de l’opposant, qui accuse le président Vladimir Poutine d’avoir ordonné l’empoisonnement auquel il a survécu, a été vivement dénoncée en Europe comme aux États-Unis qui ont réclamé sa libération immédiate.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a rejeté ces critiques lundi, estimant que les Occidentaux cherchaient en s’en prenant à la Russie ”à détourner l’attention de la profonde crise qui mine le modèle de développement libéral”.

Charismatique militant anti-corruption et ennemi juré du Kremlin, Navalny, 44 ans, a été, selon des laboratoires occidentaux, empoisonné en août par un agent innervant de type Novitchok, substance développée à des fins militaires à l’époque soviétique.

Dimanche, l’opposant est rentré dans la capitale russe après cinq mois de convalescence en Allemagne. Il a été interpellé dès son arrivée, le FSIN, le service pénitencier russe, lui reprochant d’avoir violé des mesures de contrôle judiciaire pendant qu’il était soigné à l’étranger.

À voir également sur Le HuffPost: Navalny affirme avoir piégé celui qui l’a empoisonné dans une vidéo



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More