AstraZeneca: Une deuxième dose de Pfizer ou Moderna pour les moins de 55 ans

0 2


Alvaro Barrientos by way of AP

(photograph prise le 3 avril 2021 lors de la préparation d’une injection d’AstraZeneca en Espagne)

CORONAVIRUS – Comment finaliser la vaccination des moins de 55 ans qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca? Ce vendredi 9 avril, Olivier Véran a indiqué qu’un autre vaccin à ARN Message pourrait être utilisé dans ce cas. Ce qu’a confirmé la Haute Autorité de Santé quelques heures plus tard.

“Il est tout à fait cohérent de dire que puisqu’on ne recommande pas le vaccin AstraZeneca aux moins de 55 ans (…), si vous avez reçu une première injection et que vous avez moins de 55 ans, on va vous proposer un autre vaccin”, a indiqué le ministre de la Santé sur RTL ce vendredi matin. 

 

Près de 600.000 Français – dont Olivier Véran lui-même – sont concernés. Le ministre de la Santé a assuré qu’“ils auraient leur deuxième injection dans les délais”.

La approach de l’ARN messager est utilisée par deux autres vaccins autorisés en Europe, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna. Celui d’AstraZeneca utilise une technologie différente, dite ”à vecteur viral”.

“Une seule dose de vaccin n’est pas suffisante”

“On sait qu’une seule dose de vaccin n’est pas suffisante pour assurer une immunité au long cours contre la Covid-19. Il fallait donc prendre une décision sur le vaccin administré pour la deuxième dose. Il a donc été décidé d’utiliser un vaccin ARN”, a de son côté expliqué sur franceinfo Jean-Daniel Lelièvre, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil et membre de la HAS.

Depuis son autorisation, le parcours d’AstraZeneca a été chaotique, avec plusieurs rebondissements qui ont entamé la confiance du grand public. 

Le 2 février, juste après son autorisation, il est d’abord réservé aux moins de 65 ans en France, faute de données sur son efficacité chez les plus âgés. Un mois plus tard, son utilisation est élargie à tous les âges.

Puis, le 19 mars, la HAS droop son utilisation pour les moins de 55 ans, en raison de rares cas de thromboses repérés en Europe. Après plusieurs semaines de doutes, l’Agence européenne du médicament a conclu le 8 avril que les thromboses étaient un “effet secondaire très rare” du vaccin, tout en continuant à promouvoir son utilisation.

À voir également sur Le HuffPost: En Chine, les autorités manient la carotte et le bâton pour pousser à la vaccination



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More