Cet avion électrique peut décoller depuis un toit d’immeuble

0 6

eV Versus eS. Les eVTOL, depuis le temps, vous devez connaître. C’est l’acronyme pour Electric Vertical Takeoff and Landing (à traduire par « appareils électriques à décollage et atterrissage verticaux »). On entend régulièrement parler de ces engins puisque le principe d’eVTOL est prisé de la plupart des compagnies travaillant sur les nouveaux modes de mobilité aérienne – notamment le taxi volant. De la plupart, mais pas de toutes puisque la startup américaine Electra.aero planche de son côté sur une variante : l’eSTOL, pour Electric Short Takeoff and Landing (ou « avion électrique à décollage et atterrissage courts »).

Avion de centre-ville

Ici, on ne mise donc pas sur la verticalité mais sur des décollages et atterrissages très courts, pouvant s’effectuer, selon la marque, sur des surfaces plus petites qu’un terrain de football (entre 90 et 120 mètres). Concrètement, l’idée ici est de proposer une alternative aux eVTOL – équipés de rotors et fonctionnant peu ou prou comme des hélicoptères – avec un appareil ressemblant davantage à un avion conventionnel. Mais réclamant un espace beaucoup plus restreint pour décoller ou atterrir – un toit de grand immeuble pourrait suffire – et pouvant donc, théoriquement, être également opéré en ville. Un avion de centre-ville en somme.

Autre avantage, l’eSTOL est beaucoup moins énergivore au décollage qu’un eVTOL. Pour prendre la voie des airs, l’avion n’a besoin d’atteindre que 30 mph (environ 50 km/h) et peut ensuite voyager à une vitesse de croisière de 200 mph (320 km/h environ).

Horizon 2026. Dernière différence, contrairement à la plupart des eVTOL, l’eSTOL n’a pas besoin de s’arrêter à la borne entre les vols. Pensé comme un hybride, l’avion comprend huit moteurs électriques et un turbogénérateur qui recharge les batteries pendant le vol. Une petite astuce permettant à l’avion d’obtenir un rayon d’action de 500 miles (environ 800 kilomètres). Conçu pour transporter jusqu’à huit passagers et un pilote, l’engin est encore à l’état de projet mais la société a déclaré qu’elle visait une certification par la Federal Aviation Administration d’ici à 2026.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘2281520862105623’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More