Confinement: 5 films et séries sur la danse à voir sur Netflix

0 5


Netflix

La célèbre Alyssa Edwards nous ouvre les portes de son école de danse dans “Dancing Queen”.

SÉRIES – Et 1, 2, 3, 4. Comme pendant le premier confinement, les cours de danse ont été annulés. Les clubs et autres lieux endiablés pour y taper du pied, fermés depuis belle lurette. Chez soi, se frayer une place entre la table basse, le canapé et la télé est décourageant?

À la différence des autres plateformes de streaming, Netflix possède un catalogue très fourni en matière de programmes dédiés au monde inspirant de la danse. Le HuffPost en a sélectionnés cinq pour vous, histoire de vous rappeler les joies (et parfois les déconvenues) du dancefloor.

“Work It”

Le pitch du film est simple. Il raconte l’histoire d’une certaine Quinn Ackerman. Adolescente maladroite, elle décide, après s’être fait rejetée par l’équipe de danse de son bahut, de monter la sienne pour les voir s’affronter au cours d’un championnat. Mais voilà, comme cette dernière, les gens qu’elle recrute ont bien du mal à suivre le rythme.

La comédie, produite par les équipes du teen-movie ”À tous les garçons que j’ai aimés”, est pleine de bons sentiments. De quoi réconforter en cette période anxiogène.

“We Speak Dance”

Le nom de Vandana Hart n’a pas encore conquis le grand public français, mais le monde de la danse, si. Dans une série de cinq épisodes, la chorégraphe originaire de Russie parcourt la planète pour apprendre et nous partager les mouvements qu’elle a découverts sur place.

On la suit de Beyrouth à Bali, en passant par Paris, où elle a rencontré la star des ballrooms de la capitale, Lasseindra Ninja.

“Dancing Queen”

Les disciples de “RuPaul’s Drag Race” la connaissent sous le nom d’Alyssa Edwards. Ses élèves, sous celui de Justin Dwayne Lee Johnson. Chorégraphe américain, quand il ne performe pas en tant que dragqueen, il nous entraîne, ici, de compétition en compétition avec ses (très) jeunes danseuses à la conquête des États-Unis.

Comme le suppose son personnage, la série allie humour, drama et de bonnes séquences émouvantes. Une deuxième saison serait en cours de réflexion.

“Baby Ballroom”

Le monde de la danse peut être cruel, y compris chez les enfants. C’est ce dont témoignent les huit épisodes de la série documentaire “Baby Ballroom”, qui offre une plongée au coeur de l’univers impitoyable de la danse de salon et de la vie des gamins de la Zig Zag Dance Factory, une école implantée dans la ville de Wolverhampton, au Royaume-Uni.

Des strass, des paillettes, mais aussi du faux bronzage et beaucoup de pression. Le visionnage peut être parfois… on ne peut plus dérangeant.

“Cheer”

Bon, d’accord. “Cheer” n’est pas un documentaire sur la danse, mais sur le cheerleading. Cependant, entre les chorégraphies impeccables, les performances de haute-voltige et le portrait de cette équipe soudée, la meilleure des États-Unis, la série rassemble en tout point ce qu’on attend d’un bon divertissement sur la danse.

C’est sans compter sur les parcours bouleversants qui y sont présentés, dotant le programme d’un récit sur la résilience et le dépassement de soi. À voir, muni d’un paquet de mouchoirs.

À voir également sur Le HuffPost: Avez-vous reconnu tous les lieux de la série “Emily in Paris”?”



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More