Covid-19: Les bonnes nouvelles d’une semaine rassurante en France

0 6


FRED TANNEAU / AFP

Grâce notamment à l’effort de vaccination, les nouvelles positives se sont enchaînées cette semaine sur le front de l’épidémie de covid-19 (photo d’illustration prise à Garlan, dans le Finistère, le 31 mai).

CORONAVIRUS – Du monde en terrasse et à Roland-Garros, un couvre-feu repoussé et de bonnes nouvelles sur le plan sanitaire. En cet avant-dernier week-end printanier et alors que 30 millions de Français ont reçu au moins une dose de vaccin contre le covid-19, s’achève une semaine particulièrement encourageante dans la lutte contre l’épidémie. 

Que ce soit au niveau de la progression de la vaccination, dans l’encombrement des services hospitaliers ou sur le plan des contaminations dans le pays, les indicateurs montrent tous une amélioration de la situation. 

  • Les hôpitaux respirent un peu

Extrêmement sollicité depuis l’hiver 2020 et l’arrivée du Sars-CoV2 sur le sol français, l’hôpital retrouve des niveaux de pression acceptables. Ainsi, le nombre de personnes hospitalisées à cause d’une infection au coronavirus est repassé sous la barre des 13.000, au plus bas depuis la fin octobre, selon les données publiées vendredi 11 juin par Santé publique France.

L’agence sanitaire recensait précisément 12.712 personnes hospitalisées contre 13.090 la veille, avec 313 admissions sur les dernières 24 heures.

Le nombre des personnes actuellement en soins critiques, qui traitent les cas les plus graves, est de 2.163, au plus bas depuis le 19 octobre, contre 2.245 patients jeudi. 66 personnes ont été admises dans ces services en 24 heures. L’épidémie a causé la mort de 69 personnes à l’hôpital au cours des dernières 24 heures, portant le nombre de décès depuis le début de l’épidémie en mars 2020 à 83.910 à l’hôpital et 110.373 au total.

  • Le taux d’incidence partout à moins de 100 (en métropole)

Et avec 3871 nouveaux cas confirmés en 24 heures, le nombre de contaminations est repassé sous la barre des 5000 cas quotidiens sur une semaine glissante (avec très exactement 32.809 cas en sept jours), soit l’objectif qu’avait fixé fin octobre le président Emmanuel Macron lors de l’instauration du deuxième confinement, quand on comptait quelque 40.000 nouveaux cas par jour.

Le taux de positivité sur les sept derniers jours, c’est-à-dire le pourcentage du nombre de personnes testées positives par rapport au total de personnes testées, était à 1,9% contre 2,1% mercredi et 2,9% il y a encore une semaine.

Et la meilleure preuve de la décroissance du nombre de contamination, c’est le taux d’incidence. À l’heure actuelle, il est repassé sous les 100 (soit moins de 100 cas positifs pour 100.000 habitants au cours des sept derniers jours) dans l’ensemble des départements de l’Hexagone. Une large majorité de ceux-ci affichent même un taux inférieur à 50, ce qui dénote bien d’une baisse importante des contaminations. 

En revanche, dans les Outre-mer, deux territoires sont à surveiller tout particulièrement. La Guyane tout d’abord, où le taux d’incidence est encore supérieur à 300, tant et si bien que les frontières restent pour l’heure fermées (hors motifs impérieux). En outre, la pression hospitalière est inquiétante dans le territoire, tant et si bien que les hôpitaux locaux ont lancé un cri d’alarme pour inciter la population à se faire vacciner, seul recours possible face au virus. 

À la Réunion également, les chiffres sont inquiétants, avec près de 150 de taux d’incidence et un taux de positivité bien supérieur à celui observé dans l’Hexagone. 

  • Un cap majeur franchi dans la vaccination 

Cette amélioration de la situation est évidemment due à l’accélération de la vaccination.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 29.831.488 personnes avaient reçu au moins une injection et 13.722.706 les deux injections, à la date du vendredi 11 juin. Cela représente respectivement 56,8% et 26,1% de la population majeure.

Surtout, ce samedi 12 juin, la barre des trente millions de Français ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid a été franchie, comme l’a annoncé Jean Castex. Représentant 57% de la population adulte, cette barre devait être effacée -dans les objectifs du gouvernement- au 15 juin maximum. 

Si l’on inclut les personnes contaminées plus tôt dans l’épidémie et nécessitant une seule dose, ainsi que les bénéficiaires du vaccin Janssen en une dose, 15.405.347 de personnes ont un schéma vaccinal complet, précise le ministère de la Santé. 

À voir également sur le HuffPost: Le nouveau clip pour la vaccination utilise des biais cognitifs pour vous convaincre



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More