COVID-19: un vol qui a traumatisé Jacques Rougeau

0 3


Peu de choses semblent effrayer l’ancien lutteur Jacques Rougeau, qui a passé plusieurs années dans le ring de la «World Wrestling Federation» (WWF). L’ex-champion intercontinental est toutefois sorti traumatisé de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, alors qu’il s’est rendu compte que les mesures de distanciation sociale n’étaient plus les mêmes une fois dans l’avion.

M. Rougeau, âgé de 60 ans, devait prendre un vol pour des raisons professionnelles pendant la pandémie afin de participer au tournage d’un documentaire sur sa rivalité avec les British Bulldogs.

«J’ai été traumatisé de ce que j’ai vu en avion», avait-il écrit sur sa web page Facebook.

L’athlète a raconté, mardi, à l’émission Denis Lévesque, que les deux mètres de distance étaient respectés et que tout se passait bien jusqu’à l’embarquement.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



«Un gars arrive et met sa valise sur le banc à côté de moi. Je lui dis “tu ne t’assois pas là.” Il me regarde et m’explique que c’est son siège. Je me suis dit que c’était not possible», a-t-il raconté.

«Un agent de bord me regarde et me dit que la consigne des deux mètres n’existe plus dans l’avion! Je fais tout pour respecter les consignes depuis le début…»

La présence d’échangeurs d’air à l’intérieur de l’appareil justifie la décision de la compagnie aérienne.

Rougeau s’est fait dire qu’«en 15 secondes, l’air est changé dans l’avion, donc les risques sont très petits d’attraper la COVID».

«Pendant ce 15 secondes et que tu es collé sur une personne, il y a quand même un hazard d’attraper le virus», a répliqué M. Rougeau.

«Je connais des gyms et des restaurateurs qui sont fermés. Je trouve ça injuste, a-t-il ajouté. Si les échangeurs d’air marchent dans les avions, pourquoi ils ne font pas ça dans les salles de spectacle et les locations publiques?»



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More