De chauffeur de taxi à ministre, le parcours “en marche” d’Alain Griset

0 8

En juillet 2020, l’ancien président de l’Union des entreprises de proximité faisait son entrée au gouvernement en tant que ministre délégué aux PME. Portrait d’un transfuge de classe.

Chauffeur de taxi pendant 40 ans, Alain Griset n’était pas destiné à devenir ministre, et pourtant… Cet homme de 67 ans venu d’un milieu modeste et originaire du Nord (plus précisément de Faches-Thumesnil, près de Lille), ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises (PME) depuis le dernier remaniement, commence doucement à être identifié par les Français.

On se souvient notamment de sa récente maladresse au sujet des rayons dits “non essentiels” dans les hypermarchés, en amont du second confinement. Il avait en effet d’abord annoncé que “les produits d’hygiène ser[aient] gardés, le maquillage non“, cette drôle de distinction provoquant l’hilarité sur les réseaux sociaux. Depuis, le maquillage a été déclaré essentiel.

Taxi driver. Élevé par un père ouvrier métallurgiste et une mère au foyer, on peut imaginer que se mettre de la crème hydratante était loin de ses préoccupations. Alain Griset monte en effet sa propre entreprise de taxis à l’âge de 21 ans, peu de temps après avoir passé son permis et raté son bac. “J’ai rencontré quelqu’un qui avait une entreprise et qui m’a proposé d’y travailler comme standardiste“, raconte-t-il, alors qu’il allait, très jeune, devenir père de famille et devoir assumer des responsabilités.

Homme de l’ombre, il présida cependant l’Union des entreprises de proximité (U2P) pendant des années, après avoir conduit des milliers de passagers. Une évolution toujours attentive à la défense des petits artisans et commerçants.

Ascension sociale. Aujourd’hui ironiquement affublé d’un chauffeur pour effectuer ses déplacements, ce fan de pétanque ne semble pas avoir oublié d’où il vient : “Si le travail est perçu comme un élément de développement personnel, un chemin est toujours possible“, assure-t-il, gardant son parcours en tête. Il évoque ainsi souvent cet ami bouliste qui, en l’embauchant dans sa société de taxis alors qu’il pensait s’engager à l’armée, lui fit entrevoir un autre type de carrière.

Depuis, resté fidèle à cette idée d’ascension sociale qui n’oublie pas ses racines, il a notamment suggéré aux ministres, dans une campagne de presse de l’U2P en 2019, d’aller effectuer des stages en entreprise pour être au plus proche des petites gens. C’est ainsi que le désormais ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a fini par passer un peu de temps chez un fleuriste. Un joli coup de com.

Quand j’ai reçu le 5 juillet un coup de fil de la présidence de la République me proposant le poste, j’ai ressenti une émotion profonde. Je me suis dit que c’était l’occasion de porter le message des entreprises artisanales que je connais depuis quarante ans et de permettre à 3 millions d’indépendants de travailler dans un environnement meilleur“, avouait-il en juillet, encore fidèle à sa mission initiale.

Épinglé par la HATVP. Depuis, la dure réalité de la fonction l’a rattrapé : il y a quelques jours, la Haute autorité pour la transparence de la vie Publique (HATVP) a publié les déclarations d’intérêts et de patrimoine des membres du gouvernement. Le dossier d’Alain Griset a été transmis au procureur de la République pour des faits “susceptibles de revêtir la qualification d’abus de confiance”. Deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes contre le ministre. Ce dernier a été auditionné le 13 novembre. Affaire à suivre.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘2281520862105623’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More