Éphéméride du 14 juin : Découvrez les événements historiques qui se sont déroulés en Haïti et ailleurs

0 11


14 Juin 1794 : Fort-Liberté revint sous la bannière française
Emparée par les Espagnols en 1794, la ville de Fort-Liberté fut remise aux Français représentés par le gouverneur Lavaud. Le lendemain, les Espagnols évacuèrent la place. Jean Français qui y régnait en maître sous l’œil approbateur des Espagnols avait été auparavant embarqué vers la Havane.

 
14 Juin 1867 : Prestation de serment du président Sylvain Salnave, successeur de Fabre Nicolas Geffrard
Les “cacos“ firent leur apparition sous son gouvernement.  
 
14 Juin 1867 : Constitution promulguée par le président Salnave (1867 -1869)
“Elle sera mise de côté par l’Acte du Trou émané des généraux de Salnave le 22 Avril 1868. Elle sera rétablie en mars 1870, puis écartée une nouvelle fois et remplacée par la Constitution de 1874. Elle sera, pour la dernière fois, remise en vigueur le 23 Avril.
 
14 Juin 1957 : Renvoi de Daniel Fignolé
L’armée prend le pouvoir et forme un gouvernement baptisé Conseil Militaire de gouvernement présidé par le général Kébreau assisté des colonels Emile Zamor et Adrien Valville.
 
14 Juin 1958 : Une bombe explosa au local du dernier journal anti-Duvalier
Ce journal de faible circulation était dirigé par les partisans de Clément Jumelle, un des candidats aux élections du 22 septembre 1957. Son éditeur-en-chef, Antoine G. Petit, fut arrêté le même jour.
 
14 Juin 1964 : Référendum sur la Constitution du 25 Mai
Constitution instituant la présidence à vie et changeant les couleurs du Drapeau. Du bleu et rouge disposés horizontalement au noir et rouge disposés verticalement.  
 
Journée Internationale

14 juin : Journée Mondiale des donneurs de sang

Tantôt appelée Journée Mondiale des donneurs de sang, tantôt Journée mondiale du don de sang, elle a pour objectif de sensibiliser les populations aux enjeux des dons de sang. Elle a été lancée en 2004 par l’OMS.

Dans le monde, huit personnes sur dix n’ont pas accès à la sécurité transfusionnelle.

Le monde a besoin de sang neuf

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



Grâce aux dons de sang anonymes et sécurisés de millions de personnes, des milliers de vies sont sauvées chaque jour. Mais la possibilité de recevoir une transfusion de sang, qu’elle soit sécurisée ou non, varie énormément d’un pays à l’autre. Les besoins de 18 % de la population mondiale monopolisent 60 % de l’offre mondiale, ce qui laisse les 82 % restant sans couverture satisfaisante.

La Journée mondiale du don de sang est à la fois une journée de réflexion et l’occasion de remercier tous les donneurs de sang volontaires et réguliers dans le monde. Tout le monde ou presque peut aider à sauver des vies, soit en devenant un donneur régulier soit, si c’est impossible pour des raisons médicales, en apportant une aide bénévole les jours de collecte du sang.

Comme le reconnaît le Dr LEE Jong-wook, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) : « La sécurité transfusionnelle est un besoin fondamental dans les systèmes de santé de tous les pays. Les 192 États Membres ont récemment convenu de célébrer officiellement chaque année la Journée mondiale du don de sang. On contribuera ainsi à sensibiliser les populations au besoin permanent d’avoir du sang sécurisé et des donneurs sûrs. »

L’OMS et d’autres organisations ont préconisé des stratégies claires pour développer l’accès universel à la sécurité transfusionnelle. Celles-ci reposent sur la promotion du don de sang régulier, volontaire et non rémunéré et sur la coordination nationale des services de transfusion sanguine.

Des dons volontaires, non rémunerés et sécurisés

Des progrés ont été enregistrés sur la question de la sécurité. Pourtant, il reste encore bien des efforts à accomplir à l’échelle mondiale. Jusqu’à présent, seuls 40 pays ont mis en place un système basé exclusivement sur le don de sang volontaire. Malgré certaines améliorations récentes dans ce domaine important, moins de 30 % des pays ont un service de transfusion coordonné au niveau national. Trop de pays, y compris parmi les pays émergents, continuent de dépendre des dons de compensation (c’est-à-dire des dons faits par la famille du malade) ou des dons rémunérés.

Le sang contaminé par le VIH continue d’être à l’origine d’environ 5 % des infections à VIH en Afrique. Alors que dans de nombreux pays, on pratique de plus en plus de tests pour sécuriser le sang, la plupart des pays en développement ne recherchent ni le VIH, ni l’hépatite B ou C. Chaque année, six millions de recherches d’infections qui auraient dû être pratiquées ne sont pas effectuées.

La Journée mondiale du don de sang rend hommage à tous ceux qui ont permis directement de sauver ou d’améliorer la vie de millions de patients en donnant régulièrement et volontairement leur sang. C’est aussi une demande pressante faite à tous les pays du monde pour qu’ils valorisent les donneurs sûrs et ne ménagent aucun effort pour garantir la sécurité transfusionnelle et ainsi sauvegarder la vie des patients.

Quatre organisations internationales travaillant à promouvoir les dons de sang volontaires et non rémunérés pour assurer la sécurité transfusionnelle, parrainent la Journée mondiale du don de sang : l’Organisation mondiale de la Santé, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la Fédération internationale des organisations de donneurs de sang et la Société internationale de transfusion sanguine. Cette année, les principaux événements sont organisés par le service national de transfusion d’Angleterre et du pays de Galles.

Laïka Mezil



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More