L’Afrique du Sud va interdire l’élevage de lions en captivité pour la chasse

0 5


SIPHIWE SIBEKO / REUTERS

Des lions dans une réserve de chasse adjacente au parc nationwide Kruger dans la province de Mpumalanga, en Afrique du Sud, le 12 avril 2019.

ANIMAUX – L’Afrique du Sud a annoncé ce dimanche 2 mai son intention d’interdire l’élevage de lions en captivité, que ce soit aux fins de chasse ou pour permettre aux touristes de caresser des lionceaux, afin de promouvoir une picture plus “authentique” du pays.

Cette décision a été prise conformément aux recommandations d’une fee chargée par le gouvernement de se pencher sur les règles encadrant la chasse, le commerce et la captivité des lions, éléphants, rhinocéros et léopards.

La fee dit que “nous devons cesser et faire marche arrière sur la domestication et l’élevage en captivité des lions”, a indiqué la ministre sud-africaine de l’Environnement Barbara Creecy lors d’une conférence de presse.

“Nous ne voulons plus d’élevage en captivité, de chasse (d’animaux élevés) en captivité, de câlinerie (de lionceaux) en captivité, d’utilisation de lions en captivité”, a poursuivi la ministre, précisant que la fee demandait que la mesure soit “prise immédiatement pour faire cesser les interactions entre les touristes et les lions en captivité”.

La décision, qui doit encore être traduite dans une loi, va probablement susciter l’opposition du très lucratif secteur de l’élevage des lions.

En Afrique du Sud, de 8000 à 12.000 lions sont élevés dans quelque 350 fermes pour la chasse en enclos, le commerce des os, le tourisme ou les recherches scientifiques, selon les estimations d’associations.

Quelque 3500 lions seulement vivent à l’état sauvage dans le pays, selon l’ONG Endangered Wildlife Trust, basée en Afrique du Sud.

Une décision “courageuse”

La chasse de lions élevés en captivité est depuis longtemps un sujet controversé en Afrique du Sud et des campagnes pour interdire l’importation des trophées de lions élevés en captivité ont recueilli ces dernières années un soutien croissant aux États-Unis, en Australie et dans plusieurs pays d’Europe.

“La chasse légale et encadrée d’espèces emblématiques permise par le cadre réglementaire continuera d’être autorisée”, a souligné la ministre.

L’intention est de s’assurer que les touristes intéressés par “la chasse authentique aux animaux sauvages” ne vont “pas chasser des animaux qui ont été sortis d’une cage”, a-t-elle expliqué.

L’ONG worldwide World Animal Protection a salué une décision “courageuse”. “C’est une victoire pour la faune sauvage”, qui va permettre que “les lions restent dans le milieu auquel ils appartiennent: la nature”, a estimé Edith Kabesiime, chargée de campagne Afrique de l’ONG.

La fee a également recommandé la suppression progressive de l’élevage en captivité des rhinocéros, et d’étudier les choices sur la future utilisation des shares de cornes de rhinocéros, dont le commerce fait l’objet d’un moratoire depuis 1977. La corne de rhinocéros est prisée en Asie pour ses prétendues vertus thérapeutiques, et le braconnage décime l’espèce.

L’Afrique du Sud abrite environ 80% de la inhabitants mondiale des rhinocéros et plus de 300 éleveurs de rhinocéros.

Vice-président de l’Association des chasseurs professionnels d’Afrique du Sud et membre d’une affiliation des propriétaires de rhinocéros, Barry York a estimé que ces recommandations n’aideraient pas à sauver les animaux, mais “mènent à la destruction et l’éradication de nos espèces”, à leur “extinction”.

À voir également sur Le HuffPostCe lion de cirque, secouru par l’affiliation One Voice, était au bord de la mort



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More