Le coronavirus mutant des visons éradiqué selon le gouvernement danois

0 2


Ritzau Scanpix Denmark / Reuters

Des visons suspectés d’être porteur d’une mutation du coronavirus sont abattus sont enterrés dans des fosses au Danemark, le 9 novembre.

CORONAVIRUS – C’est peut-être le dernier rebondissement d’une affaire très sérieuse, dont les grandes lignes évoquent pourtant le scénario d’un téléfilm de série Z des années 80′s. Au Danemark, le coronavirus mutant provenant des visons élevés sur le territoire danois aurait été éradiqué, d’après un communiqué du ministère danois de la Santé, publié ce jeudi 19 novembre. Cette variante du virus avait agité les autorités locales et les gouvernements européens, car on l’imaginait capable d’altérer l’efficacité des vaccins contre le Covid-19. 

Or depuis le 15 septembre, aucun autre cas de la mutation provenant des visons, Cluster 5, n’a été détecté; voilà ce qui fait dire à l’Institut en charge des maladies infectieuses (SSI) que cette mutation est très probablement éteinte. Le ministère ajoute qu’en conséquence, il lève la plupart des restrictions dans la région touchée, qui avait été coupée du monde, par mesure de précaution. 

15 millions de bêtes abattues sans base légale

La détection de cette mutation avait poussé le Danemark à ordonner l’abattage de tout son cheptel de visons, soit 15 millions de bêtes. À ce jour, 10,2 millions d’animaux ont déjà été abattus  dans l’ensemble du Danemark. Le Royaume-Uni avait également annoncé la fermeture de ses frontières aux résidents du Danemark. En France, les élevages de visons sont étroitement surveillés depuis le début de cette affaire. 

Un jour avant la publication de ce communiqué, le ministre danois de l’Agriculture a annoncé sa démission, reconnaissant des impairs dans sa gestion de cette affaire. “Il est tout à fait clair que des erreurs ont été commises au sein de mon ministère, et j’en assume la responsabilité”, a-t-il ajouté, alors que de nombreuses critiques ont été prononcées à son égard. 

Certains éleveurs ont protesté contre l’abattage de bêtes en bonne santé et la presse a révélé que la législation ne permettait pas d’imposer l’abattage d’animaux en dehors des zones de concentration de bêtes malades, ce que le gouvernement a reconnu. Mogens Jensen avait notamment dû reconnaître la semaine dernière que l’ordre du 4 novembre d’abattre tous les visons au Danemark n’avait pas de base légale.

 

À voir également sur Le HuffPost: Covid: des vaccins à 90% efficaces, ce que ça veut dire…et surtout pas dire



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More