le FMI approuve un prêt de 29 milliards

0 5


Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) vient d’approuver un décaissement de 52,3 millions de dollars (29 milliards FCFA) au Soudan du Sud, au titre de la facilité de crédit rapide (FCR). C’est la première fois que le FMI apporte une aide financière au pays depuis son adhésion au FMI, en 2012, peu de temps après avoir obtenu son indépendance, a indiqué le FMI dans un communiqué.

« Le décaissement aidera à financer les besoins urgents de la balance des paiements du Soudan du Sud, à contenir l’impact budgétaire du choc et offrira un espace budgétaire critique pour maintenir les dépenses de réduction de la pauvreté et d’accroissement de la croissance », lit-on en partie dans le communiqué.

Avant la pandémie du Covid-19, le Soudan du Sud avait réalisé des progrès significatifs grâce à une meilleure stabilité politique et à une hausse des prix mondiaux du pétrole. La croissance économique a rebondi, l’inflation a diminué et le taux de change s’est stabilisé. Néanmoins, la pandémie et le choc des prix du pétrole ont provoqué une grave perturbation économique, entraînant une détérioration des équilibres budgétaire et une forte baisse de la croissance, annulant certains gains précoces de la stabilité politique.

L’économie du Soudan du Sud devrait se contracter de 3,6% au cours de l’exercice 2020-2021, soit environ 10 points de pourcentage en dessous du niveau de référence pré-pandémique. Selon le FMI, les autorités sud-soudanaises se sont engagées à mettre en œuvre des réformes de la gestion des finances publiques, la transparence et la responsabilité pour garantir que les ressources du FCR sont utilisées de manière appropriée et aux fins prévues.

Après la décision du Conseil d’administration, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim du FMI, a déclaré : « La pandémie du Covid-19 a gravement affecté le Soudan du Sud et annulé les premiers gains de la stabilité politique. L’impact sanitaire et économique de la pandémie, conjugué à la baisse des prix du pétrole, a conduit à un effondrement des revenus et a créé une balance des paiements urgente et des besoins de financement budgétaire ».

« Les efforts des autorités pour faire face aux effets humains et économiques de la pandémie sont appropriés et ont contribué à limiter sa propagation. Un financement supplémentaire de la communauté internationale reste essentiel pour combler le déficit de financement extérieur et alléger le fardeau de l’ajustement », a-t-il ajouté.

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More