le gouvernement face au défi éthique de sa Fonction publique

0 5

Sama Lukonde Kyenge

Avec la nomination d’un nouveau Premier ministre, le Président Félix Tshisekedi affiche sa volonté de renouveler la classe politique congolaise, pour parvenir à insuffler une nouvelle dynamique à ses efforts pour mettre en œuvre les profondes réformes qui s’imposent aux plans institutionnel, politique, économique et socio-culturel, afin de s’attaquer aux problèmes structurels qui empêchent le pays de décoller et d’accéder au développement, malgré les immenses potentialités dont il regorge.

Isidore KWANDJA NGEMBO, politologue et analyste des politiques publiques
Isidore Kwandja Ngembo

Le nouveau Premier ministre, Sama Lukonde Kyenge, est donc attendu sur tous les fronts et devra s’appuyer normalement sur une administration publique succesful de mener à bien la conception et la mise en œuvre de politiques publiques et de programmes gouvernementaux, afin de réaliser les objectifs qui lui ont été fixés par le chef de l’État.

En effet, l’administration publique étant l’affirmation de la puissance d’un État, on peut donc imaginer le rôle vital que devra jouer la fonction publique congolaise, celui d’accompagner le nouveau gouvernement au cours de trois prochaines années, dans le processus de prise des décisions judicieuses en matière de politiques publiques, afin de relever les défis immenses de reconstruction du pays.

Mais seulement voilà, comme nous le disons constamment dans nos écrits, la construction de gestion et le fonctionnement de l’administration publique congolaise actuelle ne sont pas assez efficaces pour répondre aux exigences opérationnelles d’une administration moderne, efficiente et succesful d’appuyer efficacement des programmes gouvernementaux.

De plus, le manque de contrôle rigoureux et de maîtrise des effectifs réels de la fonction publique congolaise est un des défis majeurs auxquels le prochain ministre devrait s’atteler avec fermeté, pour assurer une gestion efficiente des ressources humaines et financières de différents ministères du gouvernement.

En effet, l’absence de progrès marquants dans les efforts d’éradiquer le phénomène de fonctionnaires fictifs a eu pour effet d’accroître la masse salariale qui se volatilise sous forme de détournement des deniers publics. Sinon, remark expliquer que l’enveloppe salariale destinée à la Fonction publique explose littéralement au fil des années sans que cela puisse améliorer les situations de vie et de travail des fonctionnaires et brokers publics réellement en fonction ? De plus, il s’ajoute une sérieuse préoccupation éthique sur la fonction publique congolaise, qui s’exprime par le manque de confiance du public à l’égard de celle-ci.

Ainsi pour pouvoir relever efficacement les nombreux défis auxquels est confrontée actuellement la fonction publique congolaise, il faudrait commencer par relever les défis éthiques qui viseraient à encourager l’intégrité, l’honnêteté, la transparence et la responsabilité chez les brokers publics, dans l’utilisation des ressources de l’État.

Le prochain ministre de la fonction publique devra s’atteler à élaborer de solides valeurs et des normes d’éthique élevées, y compris un cadre stricte régissant les conflits d’intérêts, décrivant le comportement qui est attendu d’un agent public, qui devront guider tous les ministères et organismes publics afin de s’acquitter de leurs responsabilités efficacement et d’atteindre la transparence escomptée dans la fonction publique.

Un cadre juridique, sous forme d’un Code de valeurs des companies publics et d’éthique dans la fonction publique, qui définisse la façon dont tout mandataire public, fonctionnaire et agent public devrait exercer son jugement dans l’exercice de ses fonctions officielles, permettrait d’élever le niveau d’engagement en matière d’éthique dans la fonction publique.

En prenant de telles initiatives courageuses en faveur de la transparence, on peut mettre l’accent sur la responsabilisation et la nécessité d’un comportement éthique irréprochable, qui fait obligation au fonctionnaire public d’agir dans l’intérêt supérieur de l’État, ce qui pourrait garantir une utilisation efficace et efficiente des ressources publiques.

Mais tout compte fait, le manque d’un plan cohérent de modernisation de l’administration publique congolaise et d’adaptation de ses constructions aux nombreux défis actuels qu’elle doit relever, est un sérieux problème et un défi majeur que le prochain ministre de la Fonction publique devra s’atteler à relever en priorité, pour assurer la réalisation des objectifs socio-économiques que le chef de l’État a assigné au gouvernement durant la deuxième moitié de son quinquennat.

Isidore KWANDJA NGEMBO, Politologue et analyste des politiques publiques

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More