Le vote par correspondance aux régionales évoqué face au Covid

0 3


Bertrand GUAY / AFP

Image d’illustration – Le Sénat, (ici lors de l’hommage à l’ancien président Christian Poncelet, le 11 septembre 2020) débat ce mercredi du vote par correspondance.

POLITIQUE – Le vote à distance est interdit en France depuis 1975. Il avait été suspendu en raison de risques de fraude. Mais alors que le débat sur un report des élections régionales et départementales (envisagées au début du printemps 2021) agite le plus haut sommet de l’État et que la France fait face à la deuxième vague du Covid-19, certains aimeraient lui rouvrir la voie.

C’est le cas de plusieurs sénateurs de l’opposition, comme Philippe Bas (Les Républicains), qui a déposé le 13 octobre au Sénat un amendement pour que les élections régionales et départementales prévues en mars 2021 intègrent ce dispositif, en place aux États-Unis et qui connaît un vif succès. Le sénateur PS Éric Kerrouche porte cette idée à l’origine et demande à l’exécutif de s’en emparer alors que le Sénat doit se pencher sur la question ce 14 octobre après-midi à l’occasion du texte sur le régime transitoire institué à la sortie de l’état d’urgence sanitaire

“Je ne comprends pas les atermoiements de l’exécutif”, sur le sujet a-t-il confié au Figaro. Il avait déjà proposé cette idée à l’occasion des municipales, le gouvernement avait argué d’un délai trop court, mais ne s’était pas montré fermé au sujet. “Aujourd’hui, six mois avant l’échéance, nous avons le temps. Je remarque que le gouvernement n’aborde pas cette question”, déplore le politologue de formation qui espère que l’amendement sera adopté.

Une enveloppe à poster

L’idée serait de voter depuis chez soi. “Afin de permettre le contrôle de son identité, l’électeur signe l’enveloppe d’identification. Il y insère une copie d’une pièce d’identité ainsi qu’un justificatif de domicile”, écrivent les sénateurs. “Son pli est transmis au tribunal d’instance par voie postale”. Dans ce courrier dont l’enveloppe générale est offerte par l’État, est également transmise l’enveloppe classique qui contient le bulletin de vote. 

L’idée de l’ancien président de la commission des Lois du Sénat est de désengorger les bureaux de vote. Ainsi, possibilité leur serait laissée de voter “soit dans les bureaux de vote, soit par correspondance sous pli fermé, dans des conditions permettant d’assurer le secret et la sincérité du scrutin”. 

Le jour du vote, “les plis sont acheminés jusqu’au bureau de vote par les autorités compétentes”. Ensuite, ”à la clôture du bureau de vote, son président et ses assesseurs indiquent le numéro du pli sur la liste d’émargement et introduisent l’enveloppe contenant le bulletin de vote dans l’urne, après s’être assurés que l’électeur concerné n’a pas déjà voté”. 

À voir également sur Le HuffPostPourquoi l’Assemblée n’a pas voté la fin des animaux sauvages dans les cirques



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More