L’équipe de Trump pour contester l’élection présidentielle en plein naufrage

0 4


MAXIME BOURDEAU/LE HUFFPOST avec AFP

L’équipe de Donald Trump pour contester l’élection présidentielle coule à petit feu (photo d’illustration)

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE – “Une équipe vraiment formidable”. Depuis qu’il a annoncé le groupe de personnes qui allaient l’aider à contester en justice la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle, Donald Trump les voit presque chaque jour se prendre les pieds dans tapis

Le 14 novembre, le président américain disait pourtant y croire dur comme fer quand il écrivait sur Twitter avoir “hâte de voir l’ancien maire (de New York, ndlr) Giuliani conduire notre bataille judiciaire pour défendre NOTRE DROIT à des ÉLECTIONS LIBRES ET JUSTES. Joseph diGenova, Victoria Toensing, Sidney Powell et Jenna Ellis, une équipe vraiment formidable”.

 

Et ce, malgré la débâcle du 7 novembre. Rudy Giuilani était alors devenu la risée des médias et d’internautes (voir la vidéo ci-dessous) en organisant une conférence de presse, pour annoncer des recours en justice, devant le “Four Seasons Total Landscaping”.

Aucun rapport avec les fameux hôtels de luxe de la chaîne Four Seasons, qui avait immédiatement démenti toute relation avec cet événement quand le président l’avait annoncé sur Twitter (avant de supprimer son message). Non, la prise de parole s’est déroulée devant une entreprise du même nom, mais spécialisée dans l’entretien des espaces verts au nord-ouest de Philadelphie et installée entre un sex shop, un crématorium et un centre pénitentiaire. Un cafouillage qui reste inexpliqué et qui a sérieusement entamé la crédibilité des efforts judiciaires de Trump.

 

Rebelote quelques jours plus tard, quand le septuagénaire s’est cette fois fait rabrouer par un juge fédéral de Pennsylvanie. Giuliani, qui n’avait plus plaidé depuis des années, a semblé perdre le fil de son argumentation, alors qu’il demandait à faire invalider des millions de bulletins de vote sur la base de témoignages de deux individus affirmant ne pas avoir pu voter. 

Puis est arrivé le clou du spectacle ce jeudi 19 novembre avec une autre conférence de presse virant au fiasco. Celui qui était surnommé le “maire de l’Amérique” depuis sa réaction aux attentats du 11-Septembre s’est embarqué devant les caméras dans de rocambolesques théories du complot.

L’avocat personnel de Trump a notamment avancé, sans preuve, la thèse selon laquelle Joe Biden serait à l’origine d’un “plan centralisé” de fraude électorale massive, qui lui aurait permis de s’arroger des votes destinés au candidat républicain. Le tout suant tellement que ce qui semblait être une teinture temporaire de ses cheveux ou du maquillage lui en a coulé tout autour du visage (voir la vidéo ci-dessous)

 

Et il n’y a pas que le pilote de l’équipe juridique de Trump qui prend l’eau. Ce dimanche 22 novembre le président américain a annoncé prendre ses distances avec l’avocate Sidney Powell.

“Sidney Powell pratique le droit individuellement. Elle n’est pas un membre de de l’équipe juridique Trump”, a assuré sa campagne. “Elle n’est pas non plus un avocat personnel du président”, a-t-on assuré alors que le républicain l’avait bien citée dans son tweet du 14 novembre détaillant son ”équipe vraiment formidable”.

La raison? Pendant la même conférence où Rudy Giuliani dégoulinait, Sidney Powell a pris la parole et fait état d’une “conspiration nationale” qui aurait eu pour but de priver Trump de la victoire. Encore une fois sans preuve concrète.

Powell a aussi affirmé que Trump avait en réalité battu très largement Biden, qui a pourtant récolté près de 6 millions de voix supplémentaires, car des systèmes électroniques de fraude électorale liés au Venezuela et à Cuba auraient été utilisés pour fausser l’élection et voler des millions de voix au républicain. Sans compter qu’elle a menacé de lancer des “poursuites aux proportions bibliques” contre certains États. 

Une sortie allant apparemment trop loin, même au goût Donald Trump qui n’est pourtant pas avare d’accusations et déclarations outrancières. “Trump a dit à des proches que Sidney Powell en faisait trop, même pour lui, depuis jeudi. Il voit que la bataille se complique et ne la juge plus utile, selon plusieurs de ses conseillers”, rapporte un journaliste du Washington Post.

 

Le reste de l’équipe juridique du président n’est pas en très grande forme non plus pour prendre le relais à la tête de ce bateau qui coule lentement et en direct sous les yeux des Américains. Donald Trump Jr, le fils aîné du président qui a monté une campagne de collecte de fonds pour financer tous ces efforts devant les tribunaux et est très virulent sur les réseaux sociaux, a été testé positif au Covid-19 vendredi et est désormais en quarantaine.

Vraiment pas de quoi aider Donald Trump dans sa lutte pour contester ou empêcher de faire valider les résultats de l’élection présidentielle. Une lutte qui se déroule pour le moment très mal: sur les 36 procédures en cours, au moins 24 ont été rejetées par la justice, selon un décompte de la chaîne NBC. Une dizaine ont été retirées par les républicains eux-mêmes. Et toujours aucune preuve de fraude n’a pour l’heure été mise en évidence. 

À voir également sur Le HuffPost: Barack Obama se dit plus troublé par l’attitude de “certains républicains” que celle de Trump



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More