Les assurances-mutualistes vont recruter plus de 12.000 personnes

0 7

PhotoAlto/Eric Audras through Getty Images

Les assurances-mutuelles vont embaucher plus de 12.000 personnes (illustration)

EMPLOI – L’assurance est un métier d’avenir. Dans un secteur pourtant lui aussi malmené par la crise, l’Association des assureurs mutualistes (AAM), qui regroupe 114 sociétés dévoile dans le JDD ce dimanche 24 janvier que “12.260 embauches sont prévues prochainement. Si l’essentiel de ces nouvelles recrues le sera en contrat à durée indéterminée (CDI), pas moins de 2000 le seront en contrat d’apprentissage. Une façon pour le secteur de répondre à l’appel du gouvernement en matière d’emploi des jeunes. 

Comme le souligne le JDD, le secteur des assurances, particulièrement pointé du doigt dans les litiges qui l’opposent notamment à des restaurateurs, s’attend pourtant lui aussi à des résultats mitigés, voire divisés par deux, sur 2020. Néanmoins, le besoin de nouvelles embauches est bien là, assure Thiery Martel, président de l’AAM, dans le JDD: “Nous voulons renforcer notre qualité de service et, même si le numérique occupe une place croissante, il faut des interlocuteurs pour accompagner et guider nos sociétaires sur les besoins en couverture, les garanties à souscrire ou les procédures en cas de sinistre”. 

Des cotisations qui augmentent

Des embauches aussi peut-être pour resserrer les liens avec des sociétaires dont les cotisations ont déjà augmenté de 5% en 2020 selon l’UFC-Que Choisir. Cette semaine l’affiliation a dévoilé une analyse sur “623 contrats individuels, provenant de 123 organismes différents” (assurances, mutuelles, establishments de prévoyance). Et ainsi de mettre également “en évidence une inflation médiane des assurances santé de 4,3%”, en 2021.

Des chiffres à tempérer avec une autre étude puisque de son côté, la Mutualité française a enquêté auprès de 32 mutuelles couvrant 13,9 tens of millions de personnes, en contrats individuels et collectifs. Il en ressort cette fois  “une évolution moyenne des cotisations de 2,6%”, avec une hausse atténuée pour les contrats individuels (2,1%) et plus marquée pour les contrats d’entreprise (+3,3%).

Mais pour l’UFC-Que Choisir, certains organismes ont donc “délibérément choisi de répercuter sur les assurés la taxe Covid, alors même que son montant est inférieur aux économies réalisées”. Cette taxe d’un milliard d’euros en 2021 est demandé aux assureurs pour compenser les 2,2 milliards d’euros économisés sur leurs remboursements en raison de l’épidémie de Covid-19″. 

À voir également sur Le HuffPost: Mounir Mahjoubi n’a pas apprécié cette réponse du PDG d’Amazon sur les impôts

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More