Les commerces attendent toujours une date pour leur réouverture – BNH Culture

0 7



Les commerces « pourront rouvrir dès lors que les indicateurs sanitaires s’améliorent, c’est la première priorité et nous sommes sur la bonne voie », a déclaré le premier ministre, Jean Castex, à Crozon. SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP

Alors que le pic épidémique de la deuxième vague de Covid-19 a sans doute été franchi en France, la page du confinement n’est pas encore tournée pour les commerces. Le premier ministre, Jean Castex, s’est refusé, vendredi 20 novembre, à avancer une date pour la réouverture des commerces dits « non essentiels » en France. Ils sont fermés depuis le 30 octobre dans le cadre du nouveau confinement national, prévu pour durer au moins jusqu’au 1er décembre.

La « stratégie commence à produire des résultats. Ce n’est sûrement pas le moment de se relâcher. Il faut respecter les règles et nous verrons la semaine prochaine dans quelle mesure autour du 1er décembre nous pourrons passer à une nouvelle étape », a déclaré le premier ministre lors d’un déplacement à Crozon, dans le Finistère.

Conditions pour la réouverture des commerces « non essentiels »

Les commerces « pourront rouvrir dès lors que les indicateurs sanitaires s’améliorent, c’est la première priorité et nous sommes sur la bonne voie », a rappelé M. Castex. « La deuxième condition, c’est que dans ce secteur comme dans d’autres, les protocoles sanitaires soient adaptés, concertés avec la profession et je me réjouis de ce que, en l’espèce, sous l’égide de Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, et d’Alain Griset [ministre délégué aux petites et moyennes entreprises], ces protocoles progressent », a-t-il ajouté.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



Pour les commerces « non essentiels », le manque à gagner pourrait atteindre 4,4 milliards d’euros pour le seul mois de novembre, et 10,8 milliards si les boutiques restaient fermées tout au long du mois de décembre, selon une étude vendredi de l’assureur-crédit Euler Hermes.

Acteurs de la distribution et du commerce en ligne à Bercy

Jeudi, à l’issue d’une réunion à Bercy, les acteurs de la distribution et du commerce en ligne, dont Carrefour ou Amazon, ont accepté de reporter d’une semaine, du 27 novembre au 4 décembre, les opérations promotionnelles du « Black Friday », gigantesque braderie promotionnelle venue des Etats-Unis, à la condition que tous les commerces puissent rouvrir d’ici là. Une autre réunion a lieu vendredi entre le ministre de l’économie et des finances et les acteurs du commerce afin de définir un protocole sanitaire renforcé permettant la réouverture des magasins.

D’autres questions doivent encore être tranchées, avant les annonces d’Emmanuel Macron la semaine prochaine sur un allégement du confinement. Signe de la prudence du gouvernement, le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a prévenu qu’il était trop tôt pour dire si l’on pourra circuler en train à Noël, tout en promettant que les billets pris dès aujourd’hui seront « échangeables et annulables sans frais jusqu’au dernier jour ».

Le pic épidémique de la deuxième vague a priori franchi

Le pic épidémique de la deuxième vague de Covid-19 a sans doute été franchi en France, a souligné Santé publique France dans un communiqué accompagnant son point épidémiologique hebdomadaire.

Durant la semaine du 9 au 15 novembre, tous les indicateurs sont à la baisse : les cas de contamination confirmés (182 783 contre 305 135 la semaine précédente), le taux de résultats positifs (16,2 % contre 19,7 %), les hospitalisations (17 390 contre 19 940), les admissions en réanimation (2 761 contre 3 037), et, dans une moindre mesure, les décès (3 756 contre 3 817 la précédente). Les experts appellent néanmoins à se préparer pour éviter une troisième vague.

Le Monde avec AFP et Reuters



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More