Les fuites accidentelles de lisier ont entraîné une augmentation importante de la air pollution des cours d’eau

0 12

Le 1er mai, un collectif de riverains baptisé « Penzé Polluée » composé plus de 300 personnes a défilé dans les rues de Penzé, dans le nord du Finistère, pour dénoncer la responsabilité des élevages et l’industrie agricole dans la air pollution des cours d’eau.

Le 2 avril dernier, à Taulé, une petite commune de 3 000 habitants, près de Morlaix, des pêcheurs ont découvert entre 100 et 150 mètres cubes de lisier, un mélange d’urine et d’excréments d’animaux d’élevage et d’eau, au Moulin du Roy, un prosperous de la Penzé.

Trois kilomètres de rivière ont ainsi été pollués avec de l’azote, du phosphore et du potassium, des composés chimiques qui asphyxient la vie aquatique à fortes doses en la privant d’oxygène. 

Le lendemain, plusieurs pêcheurs ont retrouvé des centaines de poissons morts asphyxiés en moins d’une heure, dont des truites, des saumons et des vairons.

Ce n’est pas la première fois qu’il y a un accident de ce style en Bretagne. Régulièrement, les habitants signalent des cours d’eau pollués, à trigger d’un déversement de lisier provenant d’animaux d’élevage ou d’une usine qui traite les matières fécales animales.

Fin février 2021, 300 000 litres de lisier ont accidentellement fui d’un élevage porcin dans le Bélon, au Trévoux (Finistère sud), polluant le cours d’eau sur plus de sept kilomètres alors qu’il était classé en bon état écologique et soigneusement entretenu par les pêcheurs.

Ces quinze dernières années, les fuites accidentelles de lisier n’ont cessé d’augmenter comme le révèle une enquête de France Info.

En juin 2019, une lettre d’info agricole a signalé 23 cas de fuite accidentelle de lisier en 18 mois.

Lorsqu’une quantité importante de lisier se retrouve dans un cours d’eau, l’écosystème met au moins dix ans à se régénérer. La vie aquatique manque de protéines, les espèces les plus faibles disparaissent et les autres deviennent plus petites. C’est donc l’ensemble de la vie aquatique qui subit durablement les effets de la air pollution.

lisier
Photos d’illustration: Pixabay

La Bretagne fait partie des régions agricoles les plus importantes, elle produit à elle seule 58% des porcs en France, selon l’Insee. On compte 25 500 exploitations de bétail et de volailles destinés à la consommation.

D’après Aria, la base de données du Bureau d’analyse des risques et pollutions industriels (Barpi), 50 % des fuites accidentelles de lisier seraient provoquées par une erreur humaine, 44 % à trigger d’un défaut des installations et seulement 11 % à trigger des intempéries, ce qui signifie que l’on pourrait éviter la plupart des accidents.

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More