Les premiers assessments salivaires déployés dans les écoles qui font leur rentrée

0 3


OSCAR DEL POZO / AFP

Un take a look at salivaire réalisé en Espagne, en décembre 2020.

COVID-19 – Ils arrivent à partir de ce lundi 22 février. Avec les premiers retours de vacances d’hiver, les assessments salivaires vont être déployés dans les écoles de la zone A (Lyon, Bordeaux, Clermont-Ferrand et Limoges, entre autres).

Les élèves des zones B et C feront eux leur rentrée les 1er et 8 mars.

Jean-Michel Blanquer a assuré samedi sur BFMTV qu’“entre 50.000 et 80.000 tests” seront réalisés à partir de cette semaine, pour atteindre 200.000 assessments par semaine.

“Avec les tests salivaires, nous pensons que presque tout le monde acceptera de se faire tester”, pronostique le ministre de l’Éducation nationale.

Le procédé consiste à cracher dans un tube fourni dans un equipment de prélèvement, directement au laboratoire ou à domicile (à ne pas mettre ensuite au réfrigérateur). Le délai de la remise de l’auto-prélèvement au laboratoire doit être le plus court docket doable et ne pas excéder 5 heures. Le prélèvement est ensuite analysé dans la journée au laboratoire, pour un résultat closing en moins de 24 heures. Il ne s’agit donc pas des assessments rapides donnant des résultats en 40 minutes.

Attention, le prélèvement ne doit pas être fait dans les half-hour après avoir mangé ou s’être lavé les dents. Par ailleurs, pour les enfants de moins de six ans, qui ne savent pas forcément cracher, il y a la possibilité de recueillir la salive à l’aide d’une petite pipette.

Ces assessments salivaires de détection du Covid-19 sur les personnes sans symptômes avaient reçu le 11 février le feu vert de la Haute autorité de santé (HAS), permettant des dépistages répétés dans les écoles et les universités.

Une sensibilité de 85%

Ce nouvel outil, qui permet d’éviter le fameux écouvillon dans le nez, a une bonne sensibilité de 85%, proche des assessments nasopharyngés classiques.

La HAS recommande notamment de les étendre “aux personnes contact également en deuxième intention” mais “surtout au dépistage itératif (répété: NDLR) dans des populations ciblées telles que les écoles, les universités, les Ehpad, les personnel soignants”. “Leur très bonne acceptabilité et leur bon niveau de performance sont particulièrement adaptés à ce type de dépistage, et en particulier à leur répétition”, précise la HAS.

Ces assessments salivaires en milieu scolaire arrivent à level nommé pour Jean-Michel Blanquer, qui ne cache pas craindre une augmentation du nombre de contaminations après les vacances.

“C’est à craindre mais c’est pour cela que je dis à tous ceux qui nous écoutent: ’Soyez attentifs pendant les vacances! Les vacances ne signifient pas relâchement des règles sanitaires. Il faut faire appel à la responsabilité de chacun”, a-t-il martelé samedi sur BFMTV.

Par ailleurs, le ministre a répété que “pour l’instant, on est sur une stabilisation des règles” en milieu scolaire, tout en soulignant que c’était “inévitable” que les règles continuent d’évoluer.

Semblant prendre acte de l’évolution épidémique, l’Éducation nationale a adopté en début de semaine un nouveau protocole sanitaire assouplissant les règles qui imposent une fermeture de classe en cas de contamination par le variant britannique.

Désormais, trois cas positifs au variant anglais entraînent la fermeture d’une classe et les personnels de l’éducation ne sont plus systématiquement considérés comme cas contact, en présence d’élèves positifs. Le ministre a précisé que la présence d’un seul cas du variant sud-africain ou brésilien pouvait entrainer la fermeture d’un établissement.

À voir également sur Le HuffPostCovid-19: Dans cette école privée américaine, les enfants réalisent eux-mêmes les assessments



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More