L’Éthiopie aux urnes pour les élections législatives et régionales, un “premier scrutin libre”

0 4


https://s.france24.com/media/display/194fac00-d21c-11eb-97e0-005056bfd1d9/w:1024/p:16×9/2021-06-20T212432Z_1895560541_RC2E4O9BZ2W0_RTRMADP_3_ETHIOPIA-ELECTION.JPG

Publié le : 21/06/2021 – 01:22

Les Éthiopiens votent, lundi, lors d’élections législatives et régionales très attendues alors que le pays, le deuxième plus peuplé d’Afrique, est secoué par les violences. Dans certaines régions, des partis d’opposition ont appelé au boycott du scrutin.

Les Éthiopiens sont appelés aux urnes, lundi 21 juin, pour des élections régionales et législatives que le Premier ministre a présentées comme la preuve de son engagement à une démocratie après des décennies de pouvoir répressif dans le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique.

Abiy Ahmed, âgé de 44 ans, a mis en oeuvre d’importantes réformes politiques et économiques après sa nomination en 2018 par la coalition gouvernementale. Mais certains activistes estiment qu’une marche arrière est effectuée en matière de droits civiques et dénoncent des abus dans le conflit mené dans la région du Tigré, des accusations que le gouvernement rejette.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



La semaine dernière, le Premier ministre a décrit le scrutin comme « la première tentative d’élections libres et équitables » en Éthiopie, dont l’économie jadis prospère a été lourdement affectée par les violences dans le pays et la crise sanitaire du coronavirus.

L’opposition appelle au boycott du scrutin

Ces élections pourraient avoir un impact au-delà des frontières éthiopiennes, alors que le pays revêt un important poids diplomatique dans la région, volatile, fournissant des soldats de maintien de la paix en Somalie, au Soudan et au Sud Soudan.

Le parti d’Abiy Ahmed, le nouvellement formé Parti de la prospérité, est donné favori d’un scrutin où les candidats sont nombreux et issus majoritairement de petits partis ethniques.

Dans certaines régions, comme en Oromiya, la province la plus peuplée du pays, des partis d’opposition ont appelé au boycott du scrutin, dénonçant des manoeuvres présumées d’intimidation de la part des forces de sécurité.

Par ailleurs, du fait de problèmes d’inscriptions sur les listes électorales et des violences ethniques, les élections ont été reportées dans un cinquième des 547 circonscriptions du pays. Dans 64 d’entre elles, le vote a été reporté au 6 septembre.

Quant aux 38 circonscriptions du Tigré, où la guerre fait rage depuis plus de sept mois, aucune date de scrutin n’y a été fixée.

Avec AFP et Reuters



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More