Macky Sall dans la tourmente

0 9


Le Président du Sénégal, Macky Sall


Entre la menace dangereuse que constituent les inondations, l’imminence d’un nouveau gouvernement élargi et la définition du statut du chef de l’opposition, le Président sénégalais, Macky Sall, pourrait se faire des cheveux blancs.

Si des membres de son gouvernement l’avaient précédé sur le terrain, comme ce fut le cas avec son ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, le président de la République du Sénégal, Macky Sall, n’était pas encore sorti de son palais. Du moins pour rencontrer les sinistrés. Il était certainement en train d’y cogiter une stratégie pour amoindrir les dégâts et calmer les populations. Voilà comment il a attendu seulement jeudi 16 septembre, pour aller à Keur Massar. Un quartier de la banlieue dakaroise qui a vu quelque 800 maisons mangées par les eaux.

En plus d’avoir promis une grosse somme pour tenter de les dédommager, le Président a dit sa volonté de faire de cette circonscription un nouveau département, le quatrième de Dakar après Rufisque, Pikine, Guédiawaye et Dakar lui-même. Une promesse de départementalisation qui lui a valu quelques piques. Certains considérant, en effet, qu’il veut politiser le dossier des inondations.

Aussi, ces derniers temps, il est fortement agité la volonté de Macky Sall de désigner un chef de l’opposition. Là, presque tous les députés de son parti, l’APR, ont penché pour Idrissa Seck, leader du parti Rewmi, sorti 2e aux dernières élections, avec près de 18% des voix. Il n’en fallait pas plus pour qu’on évoque un deal entre Macky Sall et Idrissa Seck, tous deux anciens proches du Président Wade, dans le parti PDS.

Par rapport à son gouvernement actuel, des informations persistantes rapportent qu’il sera élargi dans un délai imminent. D’ailleurs, d’aucuns sont allés plus loin en disant que le brouillon du prochain gouvernement est couché sur papier. Et qu’il ne reste qu’à passer aux actes.

Dans un contexte où on parle de la forte probabilité de la candidature de Macky Sall pour un 3e mandat, ce gouvernement devrait être composé d’hommes et femmes sur lesquels compte le Président pour arriver à ses fins. Et ceux qui en seront éjectés pourraient se rebeller. Ça promet donc des jours troubles pour Macky Sall et ses collaborateurs, dans un proche avenir.



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More