manifestations à Kampala après l’arrestation de Bobi Wine

0 5


Des manifestations ont éclaté dans la capitale ougandaise, Kampala, après l’arrestation par la police du candidat à la Présidentielle Robert Kyagulanyi Ssentamu, connu sous son nom de scène Bobi Wine, dans l’est du pays.

Le musicien devenu chef de l’opposition a déclaré, mercredi, sur Twitter, que la police avait violemment fait irruption dans son véhicule, dans la ville de Luuka et l’avait placé en garde à vue. « Le prix de la liberté est élevé, mais nous allons certainement le surmonter », a déclaré le politicien de 38 ans dans l’un des tweets.

Les responsables l’accusent d’avoir violé les restrictions relatives aux Coronavirus alors qu’il faisait campagne pour l’élection présidentielle de l’année prochaine. Après que la nouvelle de l’arrestation est arrivée dans la capitale, les partisans de Bobi Wine ont bloqué des routes et brûlé des pneus, ce qui a incité la police à tirer des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants.

C’était « le chaos total » dans la ville, a déclaré le président de l’Association des commerçants de la ville de Kampala, Everest Kayongo. « Les rues sont vides… Nous avons fermé l’entreprise à cause des gaz lacrymogènes et des balles» , a-t-il déclaré. Le porte-parole de la police métropolitaine de Kampala, Patrick Onyango, a indiqué qu’ils publieront bientôt une déclaration.

« Bobi a été arrêté ce matin dans la ville de Luuka, mais nous ne savons pas où il se trouve pour le moment », a déclaré le frère du politicien, le militant de l’opposition Fred Nyanzi, à l’agence de presse DPA. « Nous n’avons pas été autorisés à le voir et nous ne savons pas ce qui se passe », a affirmé Joël Ssenyonyi, le porte-parole du parti politique de Bobi Wine, la National Unity Platform.

Depuis qu’il a exprimé son intention de se présenter aux élections contre le Président de longue date, Yoweri Museveni, Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, a été arrêté à plusieurs reprises. Il a gagné un large public, en particulier parmi les jeunes de ce pays d’Afrique de l’Est, où des élections générales sont prévues en janvier 2021.

De nombreux jeunes partisans se disent attirés par Bobi Wine par sa critique du gouvernement de Museveni mêlée à ses paroles. D’autres disent qu’en tant que jeune leader, il est mieux placé pour relever les défis auxquels ils sont confrontés. Les nombreux partisans de Bobi Wine ont ébranlé le Mouvement de résistance nationale (NRM) au pouvoir, et les forces de sécurité ont fréquemment tiré des gaz lacrymogènes sur ses rassemblements et arrêté ses partisans qui sont souvent battus, selon des témoins.

Dans un communiqué publié avant la détention de Bobi Wine mercredi, la police avait averti que les candidats à la Présidentielle seraient arrêtés s’ils ne respectaient pas les directives limitant la participation aux rassemblements à 200 personnes pendant la pandémie du Covid-19.

Yoweri Katuga Museveni, qui a fait modifier la Constitution à deux reprises pour lui permettre de se présenter une sixième fois en 2021, cherche un autre mandat de cinq ans à travers le scrutin de janvier. Bobi Wine fait donc face à une escalade du harcèlement policier depuis l’annonce de son intention de défier Museveni, qui a pris le pouvoir à la tête d’une armée rebelle en 1986.

Ses chansons sur la justice sociale, la pauvreté et la corruption ont secoué le parti au pouvoir et son patriarche vieillissant, Yoweri Museveni, qui, à 76 ans est le seul Président que la plupart des Ougandais aient connu.

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More