Mondial de handball : des Bleus en démonstration face à l’Autriche, qualifiés pour le tour principal

0 7


Bien aidés par une prestation de haut voltige de leur gardien Vincent Gérard, les Bleus ont facilement disposé d’une équipe d’Autriche trop tendre (35-28), samedi 16 janvier, en Égypte, et se qualifient pour le tour principal du mondial de handall.

Bien aidés par une prestation de haut voltige de leur gardien Vincent Gérard, les Bleus ont facilement disposé d’une équipe d’Autriche trop tendre (35-28), samedi 16 janvier, en Égypte, et se qualifient pour le tour principal du mondial de handall.
Bien aidés par une prestation de haut voltige de leur gardien Vincent Gérard, les Bleus ont facilement disposé d’une équipe d’Autriche trop tendre (35-28), samedi 16 janvier, en Égypte, et se qualifient pour le tour principal du mondial de handall. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Si cette équipe de France n’est plus composée d’« experts », ces derniers pourraient bien avoir cédé leur place à des « bâtisseurs » en terre égyptienne. Déjà à l’œuvre jeudi lors de la victoire inaugurale face à la Norvège (28-24), les Bleus ont récidivé, samedi 16 janvier, en dominant largement l’Autriche (35-28), pour leur deuxième match de groupe du Mondial de handball, et valident ainsi leur ticket pour le tour principal de la compétition (du 20 au 25 janvier).

Après un début d’année émaillé par les interrogations autour de leur état de forme, les Bleus ont fait le plein de confiance, un an après leur Euro raté (éliminés au premier tour). Face à une formation autrichienne plus faible que la Norvège sur le papier, privée en sus de Nikola Bilyk, son capitaine et meilleur élément, sur blessure, le sélectionneur français Guillaume Gille avait choisi d’opérer certaines rotations dans son effectif.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



Après quelques enchaînements rapides venus d’une base arrière largement remodelée, axée autour d’un Nicolas Tournat efficace en pivot (3/3), Vincent Gérard, préféré à Wesley Pardin dans la cage tricolore, ne tardait pas à faire la différence. Ses onze arrêts en première période, bonifiés par Mickaël Guigou puis Hugo Descat inspirés sur l’aile gauche (4/6 chacun), ont permis à l’équipe de France de se détacher rapidement au tableau d’affichage, pour mener confortablement à la pause (17-13). Le portier français, auteur de deux buts, sera désigné homme du match.

Rotations décisives

En face, et malgré le danger porté par le pivot Tobias Wagner, son meilleur élément, le jeu autrichien n’a jamais semblé en mesure de disputer la victoire à des Bleus appliqués, emmenés par Nedim Remili. Dans tous les bons coups samedi, l’arrière-droit français a régulé l’entre-jeu, se défaisant du marquage adverse pour multiplier les offrandes sur les ailes dans une fin de match décousue, et servir le remplaçant Jean-Jacques Acquevillo, invité de dernière minute sur la feuille de match suite à la blessure de Timothey N’Guessan avant la rencontre.

« Les rotations ont permis à tout le monde de se découvrir. On est contents que tout le monde puisse apporter sa pierre à l’édifice », s’est réjoui Remili au micro de BeIn sports après le coup de sifflet final.

Qualifié pour le tour principal avant même son troisième et dernier match de la phase préliminaire prévu lundi 18 janvier face à la Suisse, Guillaume Gille a salué une « victoire sérieuse, maîtrisée » : « C’est important de pouvoir rentrer dans ce tour principal de la façon la plus précoce possible, ça nous pose avec plus de sérénité en tant qu’équipe et dans notre projet de jeu. »

Et l’entraîneur français d’afficher son souhait de corriger une fin de match « un peu en roue libre », à deux jours de se frotter aux voisins suisses plus coriaces, suppléant au pied levé une équipe des Etats-Unis décimée par les cas de Covid-19 qui l’avait contrainte au forfait.

Le Monde



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More