Nous devons changer radicalement si nous voulons éviter le chaos climatique

0 7

Nous savons tous que nous devons unir nos efforts si nous voulons éviter le chaos climatique et laisser un monde meilleur aux générations futures. Dans son rapport sur les inégalités des émissions de CO2, Oxfam met en lumière les profondes inégalités en matière d’émissions de carbone, et révèle entre autres qu’entre 1990 et 2015,  les 10% les plus riches de la population mondiale ont été responsables de 52% des émissions de CO2, tandis que les 1% les plus riches ont été responsables de deux fois plus d’émissions que la moitié des personnes les plus pauvres, soit 15% des émissions cumulées à eux seuls.

Non seulement l’inégalité de la croissance économique creuse les inégalités entre les riches et les pauvres, mais cela a également un impact sur le budget carbone, qui est la quantité maximale de dioxyde de carbone pouvant être libérée dans l’atmosphère afin de limiter la hausse de la température moyenne dans le monde à 1,5 °C. Pourtant, ce sont les plus pauvres qui sont les plus exposés au changement climatique et qui sont les premières victimes.

Pour éviter le chaos climatique et limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, nous devons limiter les émissions de carbone à environ 2,1 tonnes/an et par habitant d’ici 2030.

Mais d’après le dernier rapport d’Oxfam, en ce qui concerne les 10 % les plus riches, l’empreinte carbone est plus de 10 fois plus élevée que l’objectif et pour les 1% les plus riches , elle est 35 fois plus élevée. On observe la même tendance en France : les 10% les plus riches ont une empreinte carbone de 17,8 tonnes de CO2 chaque année alors que l’empreinte carbone pour les 50% les plus pauvres est de 3,9 tonnes par an, soit 4,5 fois plus.

Les auteurs du rapport concluent que nous devons agir contre ces inégalités, tout en tenant compte des limites de notre planète.

« Même si les technologies renouvelables deviennent une partie viable de notre avenir énergétique, le budget mondial du carbone reste une ressource naturelle précieuse. Nos politiques socio-économiques et climatiques doivent être conçues pour garantir son utilisation la plus équitable. »

chaos climatiquechaos climatique

Et bien que les plus riches soient ceux qui polluent le plus, nous avons également notre part de responsabilité, car les Français moyens émettent plus de 15 tonnes de CO2 chaque année, ce qui provient notamment de nos voitures, de l’avion que prenons, ou encore de nos maisons.

Je pense que nous avons besoin d’un changement radical dans la façon dont nous pensons à la façon dont nous vivons, travaillons et nous déplaçons.

  • Efficacité radicale : Tout ce que nous construisons doit utiliser le moins d’énergie possible.
  • Simplicité radicale : Tout ce que nous construisons doit être aussi simple que possible.
  • Suffisance radicale : De quoi avons-nous réellement besoin ? Quel est le moins qui fera l’affaire ? Qu’est-ce qui suffit ?
  • Décarbonisation radicale : tout devrait fonctionner au soleil, ce qui inclut l’électricité qui fait fonctionner nos maisons, l’énergie qui fait fonctionner nos vélos et le bois avec lequel nous construisons.
chaos-climatiquechaos-climatique
Photos d’illustration/ Crédits images: Pixabay

Il est temps que nous prenions chacun nos responsabilités et que nous nous tournions vers un mode de vie avec une empreinte carbone moins élevée. Et aider l’environnement commence dans notre maison. Selon le journaliste Sami Grover, il y a plusieurs règles de changement social :

  • Première loi du changement social : « Notre comportement est contagieux. Il a été prouvé que si vous installez des panneaux solaires chez vous, votre voisin est plus susceptible de le faire. »
  • Deuxième loi du changement social : « Donnez le meilleur exemple pour inspirer encore plus de gens. »
  • Troisième loi du changement social : « Donner le bon exemple peut vous pousser à changer encore plus vos habitudes. Les personnes qui arrêtent de manger de la viande peuvent également commencer à se demander si elles devraient arrêter les produits laitiers. »
  • Quatrième loi du changement social : « Donner le meilleur exemple est la partie la plus difficile. »

Le comportement est contagieux, montrer l’exemple peut faire la différence, et le changement est difficile à faire. Mais nous ne pouvons pas blâmer la Chine, nous ne pouvons pas blâmer les compagnies pétrolières et les constructeurs automobiles car nous achetons ce qu’ils vendent. Si nous voulons rendre ce monde meilleur et éviter le chaos climatique, nous devons changer nos habitudes le plus rapidement possible pour diminuer notre empreinte carbone.

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More