OMS : “Il faut vacciner 70% de la population mondiale pour garantir la fin de la pandémie” – JUNO7

0 6


MG300

OMS : “Environ 70% de la population mondiale doivent être vaccinés pour garantir la fin de la pandémie”

Le scientifique en chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). ), Soumya Swaminathan a déclaré, ce mercredi 11 novembre, qu’environ 70% de la population mondiale devraient être vaccinés pour garantir la fin de la pandémie. Swaminathan et la directrice du Département de la vaccination de l’OMS, Kate O’Brien, estiment que ce serait le pourcentage idéal, bien que l’objectif d’ici 2021 soit d’atteindre 20%.

Selon O’Brien, aucune entreprise qui enquête ne pourra avoir immédiatement des doses pour tout le monde. “Il est donc important que tous les laboratoires poursuivent leurs investigations même si l’un d’eux est en avance sur les autres”.

Lors d’une réunion avec des internautes pour analyser les nouvelles avancées prometteuses en matière de vaccins qui ont été signalées cette semaine aux États-Unis et en Russie, les deux experts ont souligné que les nouvelles technologies développées dans la lutte actuelle contre le coronavirus “peuvent aider à mieux nous protéger des futures pandémies”.

Ils ont fait allusion en ce sens à des technologies telles que l’ARN messager (ARNm), utilisé dans les vaccins candidats de Pfizer-BioNTech et Moderna, et qu’au lieu du recours habituel à des formes affaiblies d’un virus, il utilise des molécules qui donnent des instructions à l’organisme humain sur comment fabriquer des anticorps.

BarbancourtBarbancourt

Swaminathan a souligné à propos de la nouvelle de 90% d’efficacité dans les études cliniques du projet germano-américain Pfizer-BioNTech que ce sont des résultats préliminaires et que “plus de données sont nécessaires” jusqu’à ce qu’il puisse être garanti qu’il peut être autorisé pour la production.

Même si les vaccins hypothétiques deviennent enfin accessibles au grand public, les experts de l’OMS ont insisté sur le fait que les premiers à être vaccinés doivent être des agents de santé et des personnes appartenant à des groupes à risque, comme les personnes âgées ou les patients atteints de certaines pathologies.

O’Brien a particulièrement insisté sur le fait que les premiers vaccins qui pourraient arriver dans les premiers mois où la demande sera supérieure à l’offre ne devraient pas être stockés, et a mis en garde les pays contre la création de stocks importants.

“La chose correcte et intelligente est de garantir qu’ils prennent ceux qui en ont le plus besoin”, a-t-il dit, ajoutant que dans ces premiers instants “un vaccin dans le réfrigérateur ne profitera à personne”.

Interrogés sur les problèmes de distribution que pourraient entraîner les vaccins développés avec la technologie de l’ARNm, qui doivent être conservés à des températures proches de 80 degrés sous zéro, les experts ont indiqué que ce serait un défi, mais il existe déjà des technologies telles que la «glace sèche» qui peuvent aider.

Ils ont également souligné qu’il existait auparavant des vaccins qui nécessitaient un stockage à des températures aussi froides, comme Ebola, de sorte que les chaînes de stockage et de distribution ont été testées de manière limitée dans certaines régions du monde.

Plus de 200 laboratoires à travers le monde recherchent des vaccins contre le COVID-19, une maladie dont il y a eu plus de 50 millions de cas confirmés dans le monde, et parmi ces projets, une quarantaine sont en phase d’essais cliniques chez l’homme.

Parmi ceux-ci, une dizaine de candidats vaccins de pays comme la Chine, les États-Unis, la Russie ou le Royaume-Uni sont dans leur dernière phase, dans laquelle les sujets testés sont déjà des dizaines de milliers et leurs résultats sont comparés à ceux d’autres grands groupes.

Swaminathan a expliqué qu’il faut normalement dix ans pour qu’un vaccin se développe et que le record de vitesse est maintenant d’environ quatre ans et demi, mais le fait qu’une si grande partie de la communauté scientifique internationale se soit réunie dans cette recherche pourrait aider cette fois, il est beaucoup plus petit.

O’Brien a ajouté que l’OMS avait besoin d’environ 20 milliards de dollars pour sa plate-forme Covax, destinée à financer certains des laboratoires en échange d’une distribution équitable du vaccin dans les pays en développement.

«Même si cela semble coûté beaucoup d’argent, ce qui est perdu tous les dix jours dans le commerce et le tourisme dans le monde s’élève maintenant à environ 35 000 millions de dollars», a comparé l’expert canadien.

En savoir plus :

Le Barca réclame 10,2 millions d’euros à Neymar

BarbancourtBarbancourt

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src=”https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&appId=249643311490&version=v2.3″; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More