Pourquoi la victoire de Biden va faire baisser le prix de l’essence en France

0 25

Après la pandémie, c’est bien le prochain président américain qui pourrait avoir une incidence sur le prix du baril.

Qui revoilà ? Le 20 janvier 2021, Joseph Robinette Biden Jr sera investi 46ᵉ président des États-Unis. Un changement à la tête de l’exécutif qui aura des répercussions à tous les niveaux, y compris les plus inattendus. Après un mandat Trump marqué par la volonté d’isoler l’Iran, il est plus que probable que la présidence Biden reprenne quelques chapitres de la politique étrangère de l’ère Obama et allège les sanctions économiques imposées à l’Iran. De quoi potentiellement permettre à Téhéran d’exporter deux millions de barils de brut par jour. Et accessoirement faire baisser le cours mondial du pétrole.

Une bonne nouvelle ? Si du pétrole bon marché sonne comme une victoire américaine, l’équation n’est plus aussi simple maintenant que les États-Unis exportent presque autant de pétrole qu’ils en importent. L’opération est donc délicate pour Joe Biden qui souhaite revenir autour de l’accord sur le nucléaire iranien sans provoquer pour autant un crash pétrolier — dans lequel les États-Unis auraient beaucoup à perdre.

Pour Bloomberg, la chercheuse de l’American Enterprise Institute Karen Young propose un début de piste et suggère que le pays « commence petit » avec « des incitations à désamorcer les tensions régionales et à aider à la reprise économique », avant de laisser l’Iran revenir sur les marchés pétroliers. Une manière aussi de permettre à la demande mondiale de pétrole de reprendre son souffle d’ici 2022, avant d’introduire du brut iranien sur le marché.

Une présidence électrique. Si une présidence Biden s’annonce donc comme celle d’un pétrole moins cher (les premiers mois tout du moins) elle apparaît également comme celle qui va booster l’électrique. Durant sa campagne, le candidat démocrate a annoncé vouloir miser sur une mobilité plus propre, notamment en instaurant des crédits d’impôt (à hauteur de 7500 dollars) pour inciter les classes moyennes à acquérir un véhicule électrique. Autre cheval de bataille de Joe Biden dans le domaine : le manque de bornes de chargement à travers le pays. Au nombre de 100 000 actuellement, le président élu souhaiterait en déployer 500 000 à l’horizon 2030. À noter que pour le moment, les véhicules électriques ne représentent que 2% du marché automobile aux États-Unis, contre 8% en Europe.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘2281520862105623’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More