Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand se dit « plus déterminé que jamais »

0 16


Xavier Bertrand est « plus déterminé que jamais » face à l’enjeu de l’élection présidentielle de 2022, affirme samedi 19 septembre dans une interview au Parisien le président des Hauts-de-France.

« Je suis convaincu qu’Emmanuel Macron n’est pas celui qui réussira à réconcilier les Français, ni celui qui protégera le pays », poursuit-il : « Avec lui, il y a un vrai risque de victoire des extrêmes. Je suis le représentant d’une droite sociale, populaire, capable de rassembler, et qui refusera toujours le moindre compromis avec l’extrême droite. »

Lire aussi Xavier Bertrand presse le gouvernement d’engager la relance économique

Il dénie au passage la capacité au président de la République d’incarner une candidature de droite. « Il ne suffit pas d’avoir été banquier d’affaires pour être de droite », assène Xavier Bertrand, « ni de prendre un premier ministre issu de la droite… Si Emmanuel Macron était de droite, il aurait fait de la sécurité des Français une priorité, il aurait aussi lutté efficacement contre l’immigration illégale. Je suis intimement convaincu qu’il n’y a pas d’autre voie que le retour du respect de l’autorité républicaine ».

Advertisement

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Xavier Bertrand pense à la présidentielle de 2022… sous condition

Candidat aux régionales

Interrogé sur le projet de loi attendu sur le séparatisme, il objecte : « Trois ans et demi perdus ! Le président est un grand naïf qui n’a pas pris la mesure de ces problèmes. Il n’est pas à l’aise sur les sujets régaliens : sécurité, justice, défense ou respect de la laïcité. Il parle de séparatisme parce qu’il a des problèmes à évoquer le communautarisme et l’islamisme. »

Xavier Bertrand, qui a quitté le parti Les Républicains en 2017, est candidat à sa réélection à la tête des Hauts-de-France aux régionales de mars 2021.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Xavier Bertrand, un « présidentiable » providentiel pour la droite

Dans le Parisien, il défend son bilan : « J’ai fait du travail la priorité : juste avant la crise, le chômage baissait deux fois plus vite que la moyenne nationale. Sur notre mandat, le seul service Proch’emploi aura directement permis le retour à l’activité de près de 20 000 personnes. Nous avons redonné du pouvoir d’achat avec des aides directes : transport, garde d’enfant, chèques-vacances… en n’oubliant jamais ceux qui travaillent ! »

Le Monde avec AFP



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More