révolte des fermiers blancs, après le meurtre de Horner

0 5



Plusieurs centaines de fermiers en colère ont à nouveau manifesté dans la capitale sud-africaine, Pretoria, pour dénoncer le meurtre de Brendin Horner, ce week-end. Un jeune fermier blanc de 21 ans, retrouvé attaché par le cou à un poteau, le 2 octobre dernier.

A travers cette manifestation d’envergures, les fermiers tenaient aussi à dénoncer l’assassinat crapuleux d’une agricultrice de 44 ans, étranglée à mort, après avoir été agressée sexuellement par deux hommes noirs. Les faits sont intervenus quelques jours plus tôt. Ce qui a sans doute poussé à bout les fermiers qui sont descendus dans la rue.

« Le Président Ramaphosa doit intervenir et reconnaître que des fermiers se font assassiner en Afrique du Sud. Il ne doit pas dire au monde que cela n’arrive pas, parce que cela arrive. Je veux aussi qu’il condamne ces attaques avec une grande fermeté pour que cela n’arrive plus. Parce que si le gouvernement ne réagit pas, c’est nous qui le ferons », a dit Kallie Roux, organisateur de la manifestation.

« Les meurtriers prennent des pangas, des bouteilles, tout ce qui leur tombe sous la main et ils nous tuent, juste comme ça. Nous ne sommes pas des animaux. Nous sommes un peuple fier. Il ne faut pas nous pousser à bout », a ajouté un agriculteur.

Par ailleurs, les fermiers dénoncent également l’arrestation de l’un d’entre eux, lors d’une autre manifestation dont il avait pris la tête et qui avait dégénéré, dans la ville de Senekal, mercredi dernier. Là où comparaissaient alors deux hommes noirs suspectés du meurtre de Brendin Horner.

Inculpé notamment pour incitation à la violence et destruction de biens, le fermier de 52 ans comparaissait, vendredi, devant le juge. Il a été mis en liberté sous caution. Ce que dénoncent les fermiers qui demandent son acquittement pur et simple.



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More