Sous l’œil de Noureev à l’Opéra de Paris « Danse « ResMusica

0 3





Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 8-X-2020. Soirée Rudolf Noureev
Casse-Noisette. Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Dorothée Gilbert, Paul Marque
Cendrillon. Musique : Serge Prokofiev. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Alice Renavand, Florian Magnenet
Roméo et Juliette. Musique : Serge Prokofiev. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Myriam Ould-Braham, Germain Louvet
Don Quichotte. Musique : Ludwig Minkus. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Valentine Colasante, Francesco Mura
Le Lac des Cygnes. Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev, d’après Marius Petipa. Avec Amandine Albisson, Audric Bezard
Manfred. Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Mathias Heymann
La Belle au bois dormant.Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Léonore Baulac, Germain Louvet

Chorégraphe phare de la maison, Rudolf Noureev est à l’honneur dans une soirée qui lui est consacrée. A travers différents pas de deux issus de ses ballets les plus fréquemment donnés, ce sont des danseurs qui foulent à nouveau la scène du Palais Garnier après une saison très bousculée et une rentrée profondément remaniée.

Svetlana_Loboff___Opera_national_de_Paris-202009-proscenium-B--Svetlana-Loboff-OnP-243-Casse-Noisette-Acte-II-Dorothee-Gilbert-Paul-Marque-1600px
On peut alors se demander l’intérêt de rendre compte d’une soirée dont le format non advenu jusqu’alors restera unique – on aurait du mal à concevoir une saison uniquement composée de ces soirées composites.
Il y a une certaine déception sur le fait qu’il y ait des pas de deux ramenés uniquement à leur adage, sans les variations et la coda dont l’ensemble est censé former un équilibre. Se faire succéder ainsi des morceaux lents et introspectifs de façon indifférenciée est finalement assez frustrante.

Toujours est-il que les danseurs, dont les prestations se passent sur un proscenium recouvrant la place habituelle dévolue à l’orchestre, sont ainsi plus proches du public ; on gagne là en corps (les bruits des pas, des chaussons de pointe, les détails des costumes) ce que l’on perd un peu en magie (que favorise généralement l’éloignement de la scène). Par ailleurs, pratiquement chacun des danseurs, à peu de choses près, avaient déjà dansé leur partie les saisons précédentes, que ce soit en gala ou lors de spectacles entiers. On pourrait donc avoir l’impression d’être face à ce qui pourrait se faire de mieux en matière de chorégraphies de Noureev. Mais la lourdeur du langage dansé est parfois évidente (Cendrillon) quand elle est mise à côté de l’excitation épuisante de Roméo et Juliette sortie de son contexte.

C’est alors qu’il faut apprécier ce qui peut être sans recherche superfétatoire et Dorothée Gilbert est sur cet aspect incontestée. L’adage de l’acte II de Casse Noisette la montre maîtresse de tous ses moyens, solide comme un roc et dans un jeu perpétuel avec le public par son regard perçant. Elle reste donc l’Étoile de la soirée qui accompagne un Paul Marque fébrile mais très accompli techniquement. Ce n’est pas vraiment le cas de Léonore Baulac et de Germain Louvet dans la Belle au bois dormant dont la prestation est honorable, mais assez crispée et peu investie. En revanche, les cinq minutes de Manfred permettent à Mathias Heymann de rendre la souffrance incandescente du personnage de façon stupéfiante, défiant l’insipidité d’une bande son enregistrée par un engouement incandescent. Finalement, le Pas de deux de Don Quichotte est celui qui emporte l’adhésion avec la sûreté de Valentine Colasante et Francesco Mura qui commence à poser ses jalons de premier danseur de demi-caractère virtuose.

Complémentaire à la soirée des Étoiles, ce programme centré sur l’héritage de Noureev, dans une période incertaine socialement, pourrait également être l’occasion de s’interroger sur ce que pourrait être le cap, dans cette période de transition, de la politique artistique de la maison.

Crédit photographique: Dorothée Gilbert et Paul Marque dans Casse Noisette © Svetlana Loboff

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 8-X-2020. Soirée Rudolf Noureev
Casse-Noisette. Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Dorothée Gilbert, Paul Marque
Cendrillon. Musique : Serge Prokofiev. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Alice Renavand, Florian Magnenet
Roméo et Juliette. Musique : Serge Prokofiev. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Myriam Ould-Braham, Germain Louvet
Don Quichotte. Musique : Ludwig Minkus. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Valentine Colasante, Francesco Mura
Le Lac des Cygnes. Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev, d’après Marius Petipa. Avec Amandine Albisson, Audric Bezard
Manfred. Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Mathias Heymann
La Belle au bois dormant.Musique : Piotr Tchaikovski. Chorégraphie : Rudolf Noureev. Avec Léonore Baulac, Germain Louvet

Mots-clefs de cet article

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More