Tentative de suicide d’Arnaud Mimran, l’homme d’affaires condamné à 13 ans de prison pour son rôle dans une séquestration

0 40


Arnaud Mimran arrive au palais de justice de Paris, le 7 juillet 2016, pour les délibérations dans son procès concernant une escroquerie présumée à la taxe carbone.Arnaud Mimran arrive au palais de justice de Paris, le 7 juillet 2016, pour les délibérations dans son procès concernant une escroquerie présumée à la taxe carbone.

La condamnation de cet ancien tradeur à treize ans de prison, vendredi 25 juin, l’avait laissé abattu. Jugé pour son implication dans la séquestration d’un financier suisse, Arnaud Mimran a fait une tentative de suicide lors de son retour en prison, ainsi que l’ont fait savoir ses avocats à l’Agence France-Presse (AFP).

« Arnaud Mimran a fait une tentative de suicide à son retour en prison à Fleury[-Mérogis (Val-de-Marne)]. Les pompiers sont intervenus, et il était toujours hospitalisé samedi », ont ainsi rapporté Mes Jean-Marc Fédida et Laurence Cechman, les avocats de M. Mimran.

Arnaud Mimran avait accueilli avec accablement la sentence prononcée à son encontre vendredi soir. Il s’était affaissé dans son box à la lecture du jugement par le président de la cour d’assises, Franck Zientara.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs



Arnaud Mimran inquiété dans d’autres dossiers

Selon l’accusation, Arnaud Mimran, 49 ans, a été « le concepteur et le chef d’orchestre » de l’extorsion d’un richissime financier suisse, Yomi Rodrig, qui avait été enlevé et séquestré au début de l’année 2015. Pour les avocats de M. Mimran, leur client n’a commis « ni enlèvement, ni séquestration, ni extorsion », dans la mesure où il n’a pas touché un euro dans le cadre de cette sordide affaire.

Selon la défense de l’homme d’affaires, l’enlèvement et la séquestration auraient été l’œuvre de la bande d’un dénommé « Titax », figure du grand banditisme et vague connaissance de Mimran. C’est « Titax » qui aurait eu seul l’idée de l’enlèvement et de l’extorsion, soutient ainsi la défense. « Titax » a été tué devant chez lui pendant que se déroulait la séquestration du Suisse. Sa mort ne serait pas liée à l’enlèvement et à la séquestration.

Yomi Rodrig avait été enlevé le 15 janvier 2015 par quatre hommes encagoulés, puis conduit dans un appartement du nord de Paris. Ses geôliers l’avaient contraint à acheter pour quelques millions d’euros de titres d’une société de droit américain, une « coquille vide » sans valeur, détenue de fait par Arnaud Mimran.

M. Rodrig avait été finalement libéré après presque six jours de séquestration. Arnaud Mimran avait lui aussi été séquestré, vingt-quatre heures après le tradeur suisse, mais, selon l’accusation, il s’agissait d’une « mise en scène », laquelle visait à faire craquer Yomi Rodrig.

En 2016, Arnaud Mimran avait déjà été condamné à huit ans de prison pour une vaste escroquerie à la « taxe carbone ». Alors qu’il devait être libéré quelques jours avant son procès aux assises, il avait au mois d’avril été mis en examen et placé en détention provisoire dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat, en 2011, de son ancien beau-père, le milliardaire Claude Dray, et de celle sur le meurtre, en 2010, d’une autre figure de l’affaire de la « taxe carbone », Samy Souied. Arnaud Mimran nie toute implication dans ces deux dossiers.

Le Monde avec AFP



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More