Touchés par la crise sanitaire, les professionnels de la restauration événementielle manifestent

0 5



Les représentants du secteur ont été reçus par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, le 30 septembre. BENOIT TESSIER / REUTERS

L’appel à manifester de l’Organisation du personnel de la restauration dans l’événementiel (OPRE) a été entendu. Mardi 13 octobre, maîtres d’hôtel, cuisiniers, hôtes d’accueil ont répondu présent pour montrer leur colère quant à leur situation économique, qui s’est fortement dégradée avec la crise sanitaire liée au coronavirus.

Selon France Bleu Ile-de-France, ils sont plusieurs dizaines à bloquer le périphérique extérieur, de la porte de Saint-Cloud à la porte d’Issy. « Venus de toute l’Ile-de-France, les manifestants se sont retrouvés à 6 h 30 ce mardi matin à Paris. Ils ont envahi à pied le périphérique entre la porte de Saint-Cloud et la porte d’Issy. Ils occupent les deux voies de droite avec pancartes et banderoles. Ils pensent rester sur place jusqu’à midi », raconte le site d’informations locales.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La reprise de l’épidémie de Covid-19 freine celle de l’événementiel

Demande d’un « plan de sauvegarde massif »

Après une abyssale perte de chiffre d’affaires en 2020 (− 80 % jusqu’ici), le secteur de l’événementiel anticipe une activité encore réduite de moitié en 2021, qui mettrait au chômage la moitié de ses 455 000 employés. Sept organisations du secteur – dont Coésio, Crealians, France Congrès et Evénements, L’Evénement et Traiteurs de France – ont écrit au premier ministre le 23 septembre pour lui demander un « plan de sauvegarde massif spécifique à l’événementiel » sans lequel les entreprises ne « passeront pas l’hiver ».

Les représentants du secteur ont été reçus par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, le 30 septembre. Outre la prolongation, jusqu’au 31 décembre, de la prise en charge à 100 % du chômage partiel et un relèvement des seuils d’octroi de certaines aides, ils estimaient alors avoir obtenu « l’écoute » qu’ils escomptaient, dans l’attente de mesures complémentaires.

L’événementiel génère 34,5 milliards d’euros de retombées économiques directes et indirectes en France, en faisant travailler agences d’événementiel, d’hôtes, de maîtres d’hôtel, de sécurité, d’audiovisuel, entreprises de nettoyage, traiteurs, décorateurs… Tout un écosystème de petites et moyennes entreprises (PME) qui ne survivront pas à des mois sans activité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Dans le secteur de l’événementiel, « les clients annulent en cascade »

Le Monde avec AFP



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More