Véran répond à Mélenchon qui étrille le couvre-feu “absurde” de Macron

0 8


Bertrand GUAY / AFP

Jean-Luc Mélenchon, ici à l’Assemblée nationale à Paris, le 13 octobre 2020.

COUVRE-FEU – Emmanuel Macron a annoncé mercredi 14 octobre que des couvre-feux seront imposés dès samedi pour un mois, voire jusqu’au 1er décembre, en Île-de-France et dans huit métropoles de 21h à 6h afin d’endiguer l’épidémie de coronavirus.

Cette annonce a rapidement fait réagir Jean-Luc Mélenchon, qui affirme dans un message publié sur Twitter que “60% des contaminations ont lieu au travail ou à l’école ou à l’université entre 8h et 19h”. “Mais Macron interdit les sorties au bar et au restau entre 20h et 6h”, note le député de La France insoumise, concluant: “bienvenue en Absurdie”.

Plusieurs membres du gouvernement ou députés de la majorité n’ont pas laissé passer cette affirmation de Jean-Luc Mélenchon, se muant pour l’occasion en fact-checkers.

Le ministre de la Santé Olivier Véran lui a ainsi expliqué qu’il “confond(ait) clusters et diagnostics”, rappelant que “60% des clusters, ça signifie 10% des contaminations identifiées”. Car la part des clusters est en effet très faible dans le nombre total des contaminations.

Même son de cloche chez la présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée Aurore Bergé, qui crie à la “fake news” et répond à Jean-Luc Mélenchon que les chiffres qu’il avance “font référence aux clusters uniquement”.

“Il y a ceux qui cherchent à faire baisser le nombre de contaminés en prenant leurs responsabilités. Et ceux qui cherchent à faire monter leur nombre de likes en racontant n’importe quoi”, a de son côté répondu le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, transformant ironiquement l’expression utilisée par le député insoumis: “bienvenue en Melenchonie”.

Selon l’agence sanitaire Santé publique France le 5 octobre, le milieu scolaire et universitaire représentait le tiers des clusters en cours d’investigation, et les clusters à criticité élevée, c’est-à-dire avec un fort risque de transmission du Covid-19, se concentraient dans l’enseignement supérieur et post-secondaire (42,9%).

Le 8 octobre, l’un des plus gros clusters de France avait été identifié à Nantes, dans une école de commerce, avec 212 étudiants positifs (sur 1013 tests passés).

À voir également sur Le HuffPost: Macron ordonne un couvre feu en Île-de-France et dans 8 métropoles dont Lyon et Lille



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More