Wanda Tima Gilles pari sur les plateformes de médias sociaux pour changer l’image d’Haïti – JUNO7

0 9


Wanda Tima Gilles pari sur les plateformes de médias sociaux pour changer l’image d’Haïti en mettant les projecteurs sur la réussite de nos compatriotes dans le monde. Sa page Facebook « The Haitian American » a atteint plus de 350 008 abonnées, avec une moyenne de 10 millions de visites par semaine.

Excitée par son héritage ancestral, en octobre 2011, Wanda Tima Gilles a lancé “L’union Suite“, un site haïtiano-américain dédié à la mise en valeur des histoires positives et édifiantes sur Haïti et les Haïtiens vivant à l’étranger, des célébrités aux héros de tous les jours. Son histoire, née au Cap-Haïtien, élevée aux îles Turks et Caicos, ensuite déménagée dans le sud de la Floride alors qu’elle était adolescente, bien qu’éloignée de l’alma mater, montre qu’elle est plus que dévouée à la cause haïtienne. D’ailleurs le magazine américain Forbes l’a classé par les dix entrepreneurs qui essaient de réinventer le pays.

Wanda Tima Gilles pari sur les plateformes de médias sociaux pour changer l’image d’Haïti

Si pour Wanda Tima Gilles, la plateforme « L’union Suite » s’agissait d’un projet personnel visant à aider d’autres Haïtiano-Américains désireux d’en savoir plus sur Haïti et sa culture pour qu’ils ne sentent pas déconnectés, elle est à son tour un « succes story ». Elle affirme avoir grandi plongée dans la culture haïtienne à la maison même étant loin du pays. Elle a appris à parler le créole toute seule parce que les autres enfants de parents haïtiens à Florida la croyaient pas haïtienne parce qu’elle ne parlait la langue comme à tous les Haïtiens.

MG300MG300

« Le plus important pour moi, c’est que j’ai toujours cherché à savoir qui je suis, d’où je viens et surtout connaître la part d’haïtien en moi. Ce que j’ai trouvé quand j’étais au lycée », explique la jeune femme pour montrer à quel point était-elle déconnectée.

Wanda Tima Gilles, comme beaucoup d’étrangers et même des haïtiens d’origine, avait du mal au début à trouver des images positives qui montrent les haïtiens qui réussissent aux Etats-Unis au même rythme que les images de destruction et pauvreté qu’on vend dans les médias. « Je me suis demandé pourquoi ces bonnes images ne sont pas autant disponibles, pourquoi les gens ne les connaissent pas ? C’est pourquoi je me suis donné comme mission de les mettre en ligne. Les gens ont aimé et ont commencé à m’envoyer beaucoup d’images de ce genre. Je ne percevais aucune rémunération pour cela », a-t-elle déclaré non sans peine mais avec une pointe de satisfaction.

La jeune femme explique que c’est de là qu’est née l’idée de la plateforme qui parle seulement de positif du pays. Aussi, elle s’est mis à chercher tous les haïtiens dans le monde qui font des choses qui méritent bien un compliment pour les faire connaître au public.

« Les gens m’ont envoyé des emails pour m’encourager à prendre au sérieux cette initiative. Alors j’ai commencé à travailler 40 heures par semaine pour faire en sorte que la plateforme soit gratuite. Grâce au support de pas mal de personne, j’ai partagé des photos et des réalisations d’Haïti et de notre histoire pour permet au monde de voir les Haïtiens et la diaspora haïtienne avec moins d’accent sur les difficultés du pays et plus sur la joie d’un peuple fort et résilient », a-t-elle déclaré lors d’une interview réalisée dans un mélange d’anglais et de créole sur Tv Image au micro de Valério Saint Louis.

Aujourd’hui, Wanda Tima Gilles est l’une des haïtiens d’origine les plus suivis dans la sphère haïtiano-américaine notamment pour ses comptes respectifs : « The Haitian American » une page Facebook ” a atteint plus de 350 008 abonnées, avec une moyenne de 10 millions de visites par semaine. Et, « L’Union suite » sur Instagram, Twitter et Snapchat. C’est surtout ce blog lancé pour se renseigner et se connecter avec d’autres Haïtiano-Américains qui ont grandi en se sentant déconnectés de leur culture haïtienne ou des gens qui aiment simplement Haïti et notre culture colorée et vivante qui lui a valu ce succès.

À propos de Wanda

Après avoir obtenu son diplôme du lycée de Dillard à l’âge de 16 ans, elle a été inspirée de postuler à des collèges et des universités dans l’incertitude. Wanda est devenue la première personne de sa famille à obtenir un diplôme universitaire lorsqu’elle a obtenu une licence en communication de masse avec une spécialisation en journalisme et en relations publiques à l’université Bethune-Cookman. Wanda a travaillé dans les médias audiovisuels de différentes stations de radio, a fait un stage pour BET Network et ensuite pour deux stations de télévision à Daytona et à Orlando, en Floride.

Wanda Tima Gilles pari sur les plateformes de médias sociaux pour changer l’image d’Haïti 32

Wanda Tima Gilles pari sur les plateformes de médias sociaux pour changer l’image d’Haïti 32

Wanda est déterminée à changer la perception du monde sur d’Haïti et de sa population diverse. Avec des blogs et des messages qui se propagent, elle est devenue l’ambassadrice non officielle d’Haïti, travaillant avec les meilleurs hôtels, entreprises, athlètes haïtiens-américains, célébrités, politiciens, le ministre du tourisme haïtien et même les présidents d’Haïti.

Dédié à changer le récit d’Haïti, son site web « L’Union Suite » a créé une vague de jeunes ambassadeurs pour raconter et partager les histoires que personne d’autre ne racontera. Le 30 avril 2018, Wanda Tima et “L’union Suite” ont ouvert leur tout premier laboratoire informatique au Collège Bell Angelot à Cap-Haïtien, en Haïti.

En savoir plus :

Apple poursuivi par des consommateurs européens pour avoir ralenti les anciens iPhones

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src=”https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&appId=249643311490&version=v2.3″; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));



Source link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More